Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Naître ou ne pas naître Noir de Victor Kathémo

Victor Kathémo
  Naître ou ne pas naître Noir

Naître ou ne pas naître Noir - Victor Kathémo

Biographie post-coloniale
Note :

   Cette autobiographie débute comme un conte africain avec des personnages légendaires, s'épanouit en témoignage vécu sur les conflits des Grands Lacs, et se termine (provisoirement) en expérience sociologique en Picardie.
   
   Victor Kathémo remonte jusqu'au temps où s'illustra l'ancêtre Bilemba le guerrier qui "eut sept femmes parce qu'il y a sept jours dans la semaine" ; c'était la fin du XVIII° siècle des Blancs qui n'avaient pas encore mis le pied dans la région. Sévissaient alors les "hommes de Tipotipo" venus par la "route des manguiers" : ils capturèrent la belle Neïlungu pour la vendre sur le marché aux esclaves de Zanzibar. Elle s'échappa en jouant de ses charmes, se réfugia en forêt et providentiellement tomba sur le fier Simakeita qui en fit sa femme: c'était la fin du XIX° siècle des Blancs qui venaient de créer l'Etat Indépendant du Congo. En descendant son arbre généalogique, l'auteur nous montre enfin des parents qui se marient naïvement entre lignées Hutus et Tutsi, or quand les Indépendances surgissent dans la région des Grands Lacs, et que le jeune Victor échappe aux prêtres pédophiles, il ne rencontre que des ennemis de son métissage. Au Rwanda on égorge les uns. Au Burundi, on trucide les autres. Au Congo la mêlée est générale.
   
    C'était la fin du XX° siècle des Blancs qui se faisaient mauvaise conscience de risquer de troubler les génocides en cours par l'intervention de casques bleus. Se réfugier en Europe est alors la planche de salut pour le jeune Victor qui déjà parle à merveille la langue de Molière et maîtrise l'usage de tous les subjonctifs. Las, son appartenance à une minorité visible jointe à son excellence grammaticale ne lui permirent pas, contrairement à ses projets d'intégration "en Hexagone" de devenir le roi des nuits d'Amiens passé 1h du matin. Il dut fermer boutique et se replier sur Bordeaux, dont le passé de port négrier ne sembla pas l'effrayer.
   
   En moins de 200 pages, un livre éclairant et qui se lit comme un roman.

critique par Mapero




* * *