Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tout va bien de Arno Geiger

Arno Geiger
  Tout va bien
  Le vieux roi en son exil

Arno Geiger est un écrivain autrichien, né en 1968 à Bregenz, et qui vit à Vienne.

Tout va bien - Arno Geiger

Tout ne va pas si bien
Note :

   Présentation de l'éditeur :
   
   "La maison de sa grand-mère dans un faubourg de Vienne constitue un héritage encombrant pour Philipp Erlach. Il aurait voulu échapper à l'histoire familiale, mais avec cette grande demeure dont il ne sait que faire, elle semble le rattraper: Richard et Alma, ses grands-parents, qui ne veulent pas jouer le jeu des nazis au moment de l'Anschluss; sa mère Ingrid, née juste avant la guerre, qui s'éprend de Peter, enrôlé dans les jeunesses hitlériennes pendant les derniers jours de la débâcle, dans Vienne en ruine. La fin tragique de leur mariage laissera Philipp seul avec sa sœur Sissi et un père un peu farfelu..."
   

   
      Arno Geiger fait partie de la jeune vague des auteurs autrichiens, né en 68. "Tout va bien" est un tour de force littéraire dans lequel je suis entré à pas comptés. J'ai d'ailleurs mis pas mal de temps pour le lire. C'est que la famille Erlach, au long de 70 ans d'Histoire de l'Autriche ne laisse pas si facilement apprivoiser son intimité. Sur un tempo d'allées et venues entre 1938 et 2001 nous assistons à la vie d'une famille qui aura tout connu de l'histoire, Anschluss, compromissions, Guerre Froide, désarmement, chute du Mur, dans ce curieux pays mort au moins deux fois en moins de quarante ans. Rien dans ce pays n'est tout à fait comme autre part. Il règne comme dans "Le troisième homme" une sorte d' "arrangement" permanent et d'amnésie compréhensible, d'où probablement des gens comme Michael Haneke ou Thomas Bernhard.
   
   Mais "Tout va bien" évoque aussi les petits tracas, le manque de carburant, la maison familiale à liquider, les souvenirs de la Vienne impériale, et mille petite misères de quatre générations. Ce livre a eu un succès prodigieux en Germanophonie. Relativement déconcertant car on ne sait guère où il veut en venir, c'est une belle aventure de lecture dont les mots sont parfois assez près d'une désespérance belle à se damner.
   
   Minuscule extrait sur le vieillissement:
   
   Son ventre s'arrondit misérablement, des bourrelets gélatineux entourés de plis profonds et pas le moindre soupçon de bronzage bien que l'été vienne à peine de finir. Pas de muscles non plus, de la graisse, rien que de la graisse, des bouffissures, tout le gras des sept années grasses. Là-dessus des poils sombres et gris rassemblés autour d'un nombril blanchâtre, comme s'il en émanait un attrait magique. . .

   
   Pas de doute, les Autrichiens de talent sont revenus sur les bords du Danube. Il a fallu bien des décennies.
   
   
   "Tout va bien" a reçu le Deutsche Buchpreis en Allemagne.

critique par Eeguab




* * *