Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Monsieur Madone de Maïté Bernard

Maïté Bernard
  Et toujours en été
  Fantômes
  Même pas Malte
  Monsieur Madone

Monsieur Madone - Maïté Bernard

Émotion
Note :

    J’ai lu ce roman à un moment de remise en question et en plus il a remué plusieurs choses chez moi alors je pense que mon objectivité a rapidement perdu du terrain. À noter que ce billet est écrit depuis quoi… 8-9 mois et que je l’avais oublié dans mes brouillons word… silly me!
   
   "Monsieur Madone", c’est un roman sur le deuil, le souvenir, mais aussi sur l’amour. Clémentine a 35 ans, elle est photographe et a connu le grand amour en la personne d’Hugo, son Monsieur Madone à elle. Mais Monsieur Madone a choisi de s’enlever la vie à 38 ans et depuis, Clémentine s’oublie dans son métier de photographe autour du monde ainsi que dans l’activité et les aventures sans implication. Ce n’est que 5 ans plus tard qu’elle accepte d’affronter réellement sa peine, son passé, alors qu’elle visite la famille de Hugo, des gens qu’elle a aimés et qu’elle a laissés derrière elle.
   
   Et avec Nicolas, le frère de Hugo, elle réussira à regarder derrière et à reparler de Monsieur Madone et à partir de ce moment-là, on sent l’espoir d’un nouveau départ et on espère pour Clémentine, on espère qu’elle se sortira de l’endroit où elle nage en rond sans avancer depuis 5 ans et être heureuse à nouveau. Pour Clémentine mais pour Nicolas aussi, et tous les deux, ils discutent du vide qui les habite, de leur deuil, de leur peine… Le tout dans les jardins de Versailles qui les ont vu si heureux. J'ai souhaité des jours meilleurs pour eux, qu'ils acceptent la personne que cet événement a fait d'eux, sans oubli, sans négation du passé. 
   
   La plume est simple mais très révélatrice et Maïté Bernard a réussi à parler d’un cheminement personnel difficile avec beaucoup de pudeur sans pour autant tomber dans le nombrilisme, les pleurnichages et l’apitoiement sur soi. Parce qu’il s’agit d’un échange où deux personnes réussissent l’espace d’un moment, à s’exprimer sur un sujet qui restera toujours douloureux, même si on voudrait comprendre et accepter. On parle du deuil mais il y a aussi beaucoup de tendresse et ce n’est pas déprimant, même si j’ai pour ma part ressenti pleinement la détresse de Clémentine.
   
   Un livre court mais une lecture toute en émotions.

critique par Karine




* * *