Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les ghettos de la nation de Jérémy Robine

Jérémy Robine
  Les ghettos de la nation

Les ghettos de la nation - Jérémy Robine

Mythes et réalités des banlieues
Note :

   "Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam" : avec ces six mots-clés lourds de sens, aucun risque de passer à côté de l'actualité! L'essai de J. Robine utilise les violences urbaines de 2005 pour en venir aux "ghettos urbains" qu'il analyse de manière très détaillée en prenant exemple des quartiers défavorisés de Grigny et de Clichy-sous-Bois: cet exercice de géographie, cartes à l'appui, lui permet de dénoncer les architectes —parfois très renommés— dont les créations sont à l'origine de ces négations de la vie urbaine qui participent à l'aggravation des problèmes de la population résidente. L'enclavement des habitants de Clichy-sous-Bois se mesure au quotidien en temps de transport excessif vers les zones d'emploi, tandis qu'à la Grande Borne, l'habitant de Grigny, déjà coincé entre autoroute A6 et prison de Fleury-Mérogis perd son temps à rejoindre à pied son bus, sa gare ou sa voiture.
   
   Après cet exercice de géographie urbaine, l'auteur recherche dans les faiblesses politiciennes des Trente Glorieuses la répartition inégale des grands ensembles dans les périphéries urbaines: toutes les communes n'ont pas voulu avoir leur part d'un habitat social où les populations immigrées se trouvent devoir habiter en nombre croissant. Après quoi l'on voit dès les années 70 un ministre comme Chalandon prophétiser les déboires que l'urbanisation mal dirigée ne manquerait pas de provoquer: les plus "riches" se dépêchant de quitter les HLM laissant aux familles nombreuses immigrées de vastes appartements selon le standard des familles françaises — dont la taille se réduisait. Bientôt, l'arrivée au pouvoir de Mitterrand en 1981 a prétendu lancer la solution au chômage et à la crise urbaine. On connaît la suite: ces deux maux n'ont fait qu'empirer, accentuant les tensions entre Français de "souche" et Français "issus de l'immigration" pour le profit du Front national.
   
   L'auteur n'oublie pas les répercussions des événements mondiaux qui sont intervenus à certains moments, comme la Guerre du Golfe en 1991 ou les attentats d'al-Qaïda. L'auteur décrit les organisations qui en France ont cherché à lutter contre les représentations négatives des immigrés, contre la stigmatisation qui vise tout particulièrement Arabes et Noirs, et le racisme dont ils ont été les victimes. On revit ainsi pleinement l'aventure de la Marche des Beurs, l'histoire de SOS-Racisme ou d'ACLEFEU, un peu moins celle de Ni-Putes-Ni-Soumises —tiens c'est curieux—, et jusqu'à l'appel des Indigènes de la République qui a marqué ces dernières années quand les querelles de mémoires firent rage.
   
   L'ouvrage se termine sur un examen des "post-colonial studies", assez fortement critiquées en reprenant les interprétations d'Yves Lacoste, spécialiste bien connu de géopolitique, un domaine qui est aussi celui de Jérémy Robine. Selon ses convictions ou sa formation, le lecteur sera évidemment plus attiré par une partie ou une autre. On peut regretter que la place des femmes soit assez peu prise en considération — probablement parce que l'auteur souligne en passant que les "beurettes" réussissent mieux que leurs frères "issus de l'immigration". Par ailleurs il est manifeste que l'auteur se fait très discret sur les questions liées à l'islam et plus encore sur les difficultés scolaires. Mais c'est déjà beaucoup de richesses à découvrir dans un livre d'à peine plus de deux cents pages... qui conclut en espérant un compromis entre la nation et la diversité.

critique par Mapero




* * *