Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'écrivaillon Ou L'enfance de l'écriture de Régine Detambel

Régine Detambel
  Le long séjour
  Album
  Pandémonium
  L'écrivaillon Ou L'enfance de l'écriture
  Mésanges
  Petit éloge de la peau
  Sur l’aile
  50 histoires fraîches
  Son corps extrême
  Noces de chêne
  Opéra sérieux

Vous trouverez sur ce site une interview de cet auteur dans la rubrique "Rencontres" et des Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

L'écrivaillon Ou L'enfance de l'écriture - Régine Detambel

Vie d’écriture
Note :

   Nous avons là un essai sur l’écriture en trois temps (un temps pour l’angoisse, un temps pour l’écriture, un temps pour l’angoisse de l’écriture, comme l’indiquent les têtes de chapitres) et en 46 mouvements, tous nommés par des verbes (construire, scrabbler, jeûner etc.) qui est une vraie analyse de tout ce qui constitue le travail d’écrire. Régine Detambel, qui semble-t-il a toujours écrit, mène là une vraie réflexion sans complaisance sur cette activité qui l’occupe tout entière.
   
   L’acteur de cette activité est «L’écrivaillon». Vilain mot, mais belle chose L’écrivaillon n’a pas de sexe… et puis on comprend que c’est une fille. L’écrivaillon n’a jamais été autre chose qu’écrivaillon. Ecrire, pour lui, est une évidence. Ecrire comprend sur un même plan l’apprentissage des lettres à l’école aussi bien que la création littéraire ou la calligraphie. Ecrire est copier, relever et calligraphier des citations, se livrer à des jeux de lettres, rédiger un devoir, un article, un roman, une fiche de lecture, une missive. Ecrire est un acte noble et vaste qui intègre toutes ces facettes du geste comme de l’idée.
   Quel âge a donc l’écrivaillon ? Tous. Il est écrivaillon de tout temps et son travail est traité avec le même sérieux et le même respect qu’il ait six ans et se penche sur son bureau d’écolier ou qu’il soit adulte et édité.
   
   Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cet essai, c’est qu’il n’est ni un hymne grandiloquent à la muse inexplicable, la fée Inspiration, seule capable de produire on ne sait comment, quoi que ce soit digne d’être lu ; ni au contraire une sorte de livre de recettes du type «Comment bien écrire en 150 pages». On ne dit d’ailleurs pas ici comment on fait pour écrire, on dit comment on écrit, nuance.
   
   Lire ce livre a été pour moi un régal, un délice, une cascade d’instants magiques. Ces courts chapitres si évocateurs d’images, si riches d’idées et de pensées, m’ont enchantée d’un bout à l’autre. Je pense qu’il ne peut que captiver les «littéraires». J’ai passé avec lui des moments passionnants.

critique par Sibylline




* * *