Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les 7 églises de Milos Urban

Milos Urban
  Les 7 églises

Les 7 églises - Milos Urban

Intrigue à Prague
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Jeune policier féru d'histoire médiévale, K est chargé de protéger une vieille dame.
   Mis à pied après qu'on l'a retrouvée morte, il est approché par l'étrange chevalier de Lübeck, personnage d'un autre temps qui veut rendre à Prague sa splendeur passée... Milos Urban, renouant ici avec la tradition du roman gothique, nous promène de cryptes en tours, des morts du présent à ceux du passé, à la découverte des secrets de la ville aux cent clochers."

   
   Commentaire
   
   Quel bizarre de roman que celui-ci. Bizarre dans le sens d'étrange et de déstabilisant. Pas qu'il soit particulièrement déjanté ou que les thèmes soient inattendus, c'est juste que je ne savais absolument pas à quoi m'attendre en ouvrant ce livre. Mais je ne m'attendais pas vraiment à ça.
   
   L'histoire de "Les 7 églises", c'est l'histoire de K. K est policier, a une honte terrible de son nom (ne parlant pas Tchèque et ne connaissant pas l'histoire du pays, je n'ai aucune, mais alors là AUCUNE idée pourquoi) et est persuadé de ne pas être né dans la bonne époque. En effet, pour lui, le 20e siècle, c'est la déchéance. Tant au point de vue de l'architecture qu'au point de vue moral. Selon lui, les architectes modernes et baroques sont des barbares qui ont saccagé tout ce qu'il y avait de bien: l'architecture gothique et médiévale. Pour lui, ce qui est bien, c'est le 14e siècle.
   
   K a donc été renvoyé par la police pour avoir manqué à son devoir lorsque la dame qu'il devait protéger s'est pendue, Il a confiance en lui, ne sait pas trop ce qu'il va faire et se sent surtout complètement étranger à son époque. C'est alors qu'arrive le chevalier de Lübeck, avec qui il devra collaborer. En effet, celui-ci s'est mis en tête de restaurer les églises gothiques du Nové Mesto et de leur rendre leur gloire d'antan. C'est alors que des meurtres spectaculaires et théâtraux commencent à survenir.
   
   Un thriller? Pas vraiment. Un polar? Ben oui... mais non. J'ai bien du mal à le définir, en fait. Nous assistons à une quête d'identité, celle de K, dans les rues de Prague, qui est selon moi le personnage principal du roman. K se balade dans les rues, décrit ce qu'il voit, les bâtiments modernes, leur rapport avec l'histoire mais aussi les bâtiments qui ont été et qui ne sont plus, le tout avec des flashbacks de sa vie passée. La ville et son architecture prennent vraiment beaucoup, beaucoup de place. Au départ, j'ai été ravie parce que c'est la raison pour laquelle j'ai voulu lire ce roman. Pour me consoler de mon voyage à Prague avorté pour cause de volcan l'an dernier. Mais là, j'avoue que j'ai dû lire le roman avec un plan de Prague entre les mains si je voulais y comprendre quelque chose. Et qu'étant peu familière avec l'architecture, j'ai passé mon temps à chercher sur le net des photos des bâtiments en question (je devais bien mal m'y prendre car j'avoue ne pas avoir trouvé tant de choses que ça...). Ça a donc coupé un peu ma lecture. Par contre, l'auteur réussit avec ces descriptions (longues descriptions) à recréer une Prague un peu irréelle, en suspens entre deux époques. Les promenades nocturnes créent une atmosphère toute particulière. L'écriture est très belle, très descriptive, pleine d'images. L'auteur a réussi à m'atteindre par elle dès les premières pages et tout particulièrement dans le ton de la dernière partie.
   
   Les personnages ont tous un côté mystérieux, on sent que tout ne sera pas expliqué de façon logique (la discussion au sujet du Château d'Otrante de Walpole, entre deux personnages, nous y prépare, d'ailleurs) et qu'il y a un côté mystique dans tout ça. L'action met du temps à se mettre en place et j'avoue qu'au milieu du livre, je me demandais encore où ça s'en allait, tout ça et j'admets avoir trouvé des longueurs. En fait, bien que je partage en grande partie son opinion au sujet de l'architecture gothique (ma préférée) et du rococo (qui fait parfois mal aux yeux), je suis quand même plus ouverte à la modernité. Et un moment donné, à force d'entendre répéter et répéter que tout ce qui a été fait après 1400 c'est de la merde, de la déchéance, de la barbarie, j'étais légèrement harassée. Disons que le message était passé. Plusieurs fois. Oui, je conçois que c'est nécessaire, cette sorte d'obsession, de fièvre, mais le lire à répétition, après un moment, bon... j'étais limite agressive!
   
   Une lecture qui demande de l'implication, de l'attention. Si ça part lentement et que ça tourne en rond un bon moment (normal étant donné le thème), je suis quand même bien contente d'avoir persévéré parce qu'après la moitié, ça s'active et le vent d'étrange et de folie s'intensifie et que mon bilan sera tout de même généralement positif. Attention, s'il y a un côté mystique, nous ne sommes pas dans un Da Vinci Code Tchèque, là. Loin de là. Il n'y a pas de rebondissement à toutes les pages et il ne faut pas vraiment le lire pour l'intrigue policière, qui est assez évidente et qui n'est pas, selon moi, le but premier du roman. La finale était inévitable... (et prévisible selon moi) et tout à fait dans la ligne du roman.

critique par Karine




* * *