Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La forêt des Mânes de Jean-Christophe Grangé

Jean-Christophe Grangé
  La Ligne noire
  Le Serment des limbes
  L'empire des loups
  Le vol des cigognes
  Miserere
  La forêt des Mânes
  Le Passager

Jean-Christophe Grangé est un journaliste et écrivain français né en 1961 .

La forêt des Mânes - Jean-Christophe Grangé

Polar hamburger
Note :

   Comme un hamburger. Vous savez? On empile les couches! Une couche de fromage, une couche de viande hachée, une couche de salade ou légume râpé, … Ça constitue un hamburger mais ce n’est pas réellement cuisiné, c’est juste superposé. Pareil ici avec cette "forêt des Mânes". Episode parisien, épisode centre-américain, épisode amazonien, …
   
   C’est vrai, chaque épisode a sa saveur, une bonne saveur puisque Jean Christophe Grangé sait "y" faire. N’empêche, à l’instar d’un bon cuisinier il aurait pu se préoccuper de lier une sauce pour en faire un plat.
   
   Donc Jean Christophe Grangé sait y faire. C’est vrai : il écrit correctement même si l’on ne va pas crier au génie littéraire, il possède un talent d’assembleur d’histoires incontestable et qui rend la lecture de ses romans particulièrement prenante. Pourtant ici, il fait trop dans les couches superposées. C’est l’impression qui prédomine in fine même si l’on reconnait in petto avoir passé un bon moment de lecture.
   
   Jeanne Korowa est une jeune juge d’instruction à Paris. Sa vie professionnelle semble de toute évidence plus réussie que sa vie personnelle, le prix peut-être de son investissement dans le travail? Voilà-t-y pas que son collègue est mystérieusement assassiné alors qu’il menait une enquête qui sort de l’ordinaire et qu’elle se trouve confrontée à un tueur qui sort réellement de l’ordinaire.
   
   A tueur extraordinaire, dispositions extraordinaires, elle se trouve obligée de sortir des procédures et du cadre usuels pour aller au bout d’une enquête qu’elle ne pourrait mener dans les conditions normales. Elle fait donc son sac pour suivre la piste … Exit l’épisode parisien, ouvrons l’épisode centre-américain (Guatemala, Nicaragua), puis le plus prenant à mon sens, l’épisode amazonien (et notamment la forêt des Mânes). On a bien un peu de mal à croire aux aptitudes qu’elle montre à la lutte dans la jungle, à la survie dans ce genre de milieu confrontée à un tueur qui a montré qu’il n’avait pas de limites mais … basta! Nous sommes dans un polar n’est-il pas?
   
   Alors on y prend ce qu’on y trouve. C’est ce qu’on cherchait n’est-ce pas? Et on ne boude pas son plaisir, ça reste une lecture haletante.

critique par Tistou




* * *