Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un coup fumant de K. C. Constantine

K. C. Constantine
  Meurtres à Rocksburg Station
  Un coup fumant
  Débine blues
  Un homme exaspérant
  L'homme qui aimait se regarder

K. C. Constantine est le nom de plume de Carl Constantine Kosak, auteur américain de romans policiers, né en 1934 en Pennsylvanie.

Un coup fumant - K. C. Constantine

Attention, poids lourds !
Note :

   Deuxième enquête de Mario Balzic que je lis mais quatrième de la série en fait. Notre Mario a fait son trou et l’auteur estime que ses lecteurs le connaissent suffisamment pour qu’il n’ait pas besoin de redessiner le décor et l’ambiance. Je ne sais pas s’il a raison. Peut-être que lues par quelqu’un qui ne connaîtrait pas du tout, les choses ne sont pas si claires que ça. Peut-être aussi que le charme agit moins puisqu’il peut ne pas saisir l’osmose profonde qu’il y a entre Balzic et sa ville. Si l’on n’est pas déjà familiarisé avec le curé et le parrain et qu’on les découvre ici en action sans bien saisir leur rôle social à eux aussi dans ce petit monde, je ne sais pas ce que l’on peut penser de cette étrange histoire… Si quelqu’un a découvert cette série en commençant par ce "Coup fumant", j’aimerais bien qu’il me dise.
   
   Rocksburg, ville où Balzic est chef de la police, abrite deux frères très obèses et bons à rien, dont l’un est même nuisible; mais c’est l’autre (qui se contente d’être complètement idiot) qui vient de se faire larder d’une quantité de coups de couteaux qui auraient eu raison de tout être non protégé par une telle couche de graisse. Avant de le tuer un jour, son obésité vient de le sauver. Mario voudrait bien savoir ce qui s’est passé exactement mais ni la victime, ni son frère, qui l’a trouvée et transportée aux urgences, n’a rien à dire à ce sujet. D’autre part au même moment, toute la ville est assez nerveuse, le "genleman agreement" entre les autorités et la mafia locale risquant pour une autre affaire de s’écrouler d’un moment à l’autre et personne n’y ayant rien à gagner.
   
   Assez rapidement, il y a des morts, alors que pas mal d’argent circule en dehors des circuits habituels. Et l’on n’y comprend pas grand-chose.
   
   Encore une fois, Mario brille davantage par sa connaissance du terrain et son empathie que par son sens de la déduction ou la vivacité de son enquête. Le tout (plus compliqué que l’énigme de la première enquête) nous est expliqué à la fin, mais de façon si confuse que j’ai refermé le bouquin sans avoir vraiment compris et qu’il a fallu ensuite que je m’accorde un bon moment de réflexion pour remettre en ordre ce qu’on venait de me raconter et piger enfin ce qui avait pu se passer. Ca se tient en fin de compte, mais c’est drôlement mal expliqué. Quant à la mise en danger de l’équilibre socio-politique qui inquiétait tant tout le monde au début, elle est finalement évacuée vite fait et à peu près n’importe comment.
   
   Une pas mauvaise idée, un bon héros et une ambiance toujours agréable, mais le tout pas trop bien ficelé. On aurait pu (et dû) en faire quelque chose de bien plus percutant et réussi. Je commence à comprendre pourquoi notre écrivain mystère n’est pas devenu un as du best seller et c’est bien dommage parce qu’il était porteur d’un petit monde tout à fait digne d’intérêt. Il y a d’autres "Mario Balzic" à lire, même en se limitant à ceux traduits en français, je ne dis pas que je n’y reviendrai pas un jour.
   
   Titre original : A Fix Like This (1975)
   
   
   Série Mario Balzic
   
   1. Meurtres à Rocksburg Station (The Rocksburg Railroad Murders - 1972)
   2. L'homme qui aimait se regarder (The Man Who Liked To Look at Himself - 1973)
   3. La page blanche (The Blank Page - 1974)
   4. Un coup fumant (A Fix Like This - 1975)

   5. L'homme qui aimait les tomates tardives (The Man Who Liked Slow Tomatoes - 1982)
   6. Always a Body To Trade (1983)
   7. Upon Some Midnights Clear (1985)
   8. Un homme exaspérant (Joey's Case - 1988)
   9. Meurtre au soleil (Sunshine Enemies - 1990)
   10. Débine blues (Bottom Liner Blues - 1993)
   11. Cranks and Shadows (1995)
   12. Good Sons (1996)
   13. Family Values (1997)
   14. Brushback (1998)
   15. Blood Mud (1999)
   16. Grievance (2000)
   
   La moitié des romans policiers de K.C. Constantine n'a pas été traduite, hélas!

critique par Sibylline




* * *