Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Crime à Black Dudley de Margery Allingham

Margery Allingham
  Crime à Black Dudley
  Au cœur du labyrinthe
  Jusqu'à la lie

Margery Louise Allingham est une romancière britannique née en 1904 et décédée en 1966.

Crime à Black Dudley - Margery Allingham

Naissance d'Albert Campion
Note :

   Pas facile de vivre à l'ombre d'Agatha Christie... Margery Allingham a dû le savoir, elle qu'on ressuscite de temps en temps, la dernière fois c'était en 1995 au Masque. Cette fois, Omnibus a mis le paquet: préface de François Rivière, quatre romans, des nouvelles, un beau volume* auquel il ne manque que des traductions rénovées, on en reparlera.
   
   Un groupe d'invités est séquestré dans un château dont le propriétaire, sous la coupe d'une bande de malfaiteurs, vient d'être assassiné. Parmi les prisonniers figure Albert Campion qui sera amené à réapparaître dans les livres suivants de Margerie Allingham. Pour l'instant, il doit se contenter d'un rôle de comparse, c'est un autre personnage qui est en charge du récit et qui parvient à confondre le meurtrier. Campion est pourtant déjà bien intéressant: par son statut équivoque (il est du côté du bien mais ne cache pas qu'il lui arrive de tremper dans des affaires louches) et surtout par sa personnalité et son langage. Il est jeune, intrépide, se rit du danger - un petit air de Rouletabille à l'anglaise - et multiplie les facéties dans les situations les plus délicates. C'est pour son langage qu'il faudrait lire ses aventures en version originale ou du moins dans une traduction rénovée car il est plein de pirouettes, de saillies, de plaisanteries qui tombent ici souvent à plat.
   
   Pour le reste, Crime à Black Dudley est un whodunit assez classique agrémenté des ingrédients du roman d'aventures grâce au cadre et à la situation des personnages: séquestration, tentatives d'évasion, courses poursuites, passages secrets et escaliers dérobés évoquent davantage une émule de Gaston Leroux que d'Agatha Christie.
   
   * Sous le titre "La maison des morts étranges et autres enquêtes d'Albert Campion"

critique par P.Didion




* * *