Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Guerre sale de Dominique Sylvain

Dominique Sylvain
  Baka!
  La fille du samouraï
  Régals du Japon et d'ailleurs
  La nuit de Geronimo
  Passage du désir
  Guerre sale
  Vox
  L’absence de l’ogre
  Ombres et soleil

Dominique Sylvain est née en 1957 en Lorraine. Elle débute en tant que journaliste, puis part vivre au Japon, où elle écrit son premier polar. Elle est l'auteur de nombreux romans policiers.
(Source éditeur)

Guerre sale - Dominique Sylvain

Sale guerre
Note :

   "Personne ne sait où est la télécommande pour zapper le chaos."
   
   Un jeune et ambitieux avocat d'affaires, fils spirituel de Richard Gratien, élément essentiel de la Françafrique pour le secteur de l'armement, a subi le supplice du pneu brûlé.
   Cet assassinat atroce fait immédiatement écho dans la mémoire de l'ex-commissaire Lola Jost avec celui de son assistant, tué de la même manière.
   
   Flanquées du dalmatien Sigmund, voilà donc reparties en campagne "les infernales pétroleuses du canal Saint Martin", à savoir Lola et son amie Ingrid Diesel. Il leur faudra néanmoins se résigner à travailler avec l'ex-amoureux d'Ingrid, Sacha Duguin, devenu commandant à la Crim'...
   
   L'humour et la virtuosité de Dominique Sylvain parviennent à alléger les coups bas et les manipulations des puissants en tous genres qui ne pratiquent en aucun cas l'art de la guerre de Sun Tzu- livre de chevet d'un des personnages- mais une "Guerre sale" qui fait fi de toute humanité.
   
   L'intrigue est tordue à souhait, sans pour autant devenir incompréhensible. L'auteure est ici au meilleur de sa forme, multipliant les métaphores ("Quant à moi, je ne suis plus qu'une vieille chose, une mémé gorille avant l'hiver. Le dernier wagon du cirque m'est passé sous le nez, mais je ne m'en suis pas aperçue.") sans pour autant négliger la psychologie de ses personnages.
   
   Un roman qui m'a réconciliée avec Dominique Sylvain et que j'ai dévoré cul sec!

critique par Cathulu




* * *