Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Lait et charbon de Ralf Rothmann

Ralf Rothmann
  Lait et charbon

Lait et charbon - Ralf Rothmann

Rude Ruhr
Note :

   "Lait et charbon" de Ralf Rothmann, né en 53 dans une Allemagne industrielle, raconte une période de l'adolescence de Simon, fils de mineur de la Ruhr, époque mobylette et Rubber soul l'album des Beatles, classiques premiers émois, peu romantiques. C'est souvent comme ça, non?
   "Lait et charbon" est ainsi un portrait de jeunesse prolétarienne dans une Allemagne plutôt grise et laborieuse où bières et cigarettes marquent la fin de l'enfance. Rien de très folklorique ici, une jeunesse française ouvrière devait être très semblable.
          
      Dans cette histoire en famille où chacun mésestime l'autre la mère Liesel danse le twist avec les immigrés italiens plus gais que son mineur de mari. Simon et son frère Traska, adolescent difficile, se disputent journellement. Et l'amour dans tout ça? Le pire, si j'ose dire, c'est qu'il existe, certes bien caché, qu'il soit conjugal ou fraternel ou filial.
   
   Manifestement très proche de sa propre expérience, le roman de Ralf Rothmann évoluerait vaguement entre un univers à la Keith Loach, moins prêcheur, et l'éloignement de toute scorie romanesque. L'épilogue questionne plus qu'il ne résout. C'est un beau livre, qui rend... pas très optimiste.
   
   
   Présentation de l'éditeur :
   
   « Le roman débute avec le retour de Simon, le narrateur, dans l’appartement de sa mère décédée. Cette visite suscite chez lui diverses réminiscences qui lui font revivre la vie de la famille installée dans le bassin minier de la Ruhr vers la fin des années 60. L’un des personnages principaux est la mère du narrateur, personnage très attachant doté d’un formidable appétit de vivre, un peu frivole et qui rêve d’une autre vie. Tableau de la jeunesse prolétarienne du narrateur, "Lait et charbon" peint une Allemagne en marge du miracle économique. Le titre évoque le parcours du père, d’abord agriculteur puis minier. Il évoque aussi les couleurs des paysages miniers l’hiver."

critique par Eeguab




* * *