Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses de Pete Fromm

Pete Fromm
  Avant la Nuit
  Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses
  Lucy in the Sky
  Le nom des étoiles

Pete Fromm est un écrivain américain né en 1958 dans le Wisconsin.

Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses - Pete Fromm

Écrivain de la nature
Note :

   "Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses" de Peter Fromm est devenu un livre culte aux Etats-Unis. Des parcours sont organisés pour retrouver les lieux où se sont déroulés les faits qu'il relate dans "Indian Creek" et que les touristes visitent... en été!
   
   Peter Fromm y raconte l'expérience qu'il a vécue, lorsqu'il était jeune étudiant, à la fin des années 70 dans une université du Montana où il étudie la biologie animale... Sur un coup de tête due à son admiration pour les récits de trappeurs, il accepte un travail dans l'Idaho qui implique de passer l'hiver dans les montagnes Rocheuses. Isolé de toute civilisation, pendant de longs mois, il doit veiller sur quelques millions d’œufs de saumons en empêchant la réserve où ils sont entreposés de geler. C'est le début d'une aventure parfois exaltante, souvent éprouvante, pour lui qui ne connaît rien à la montagne, et qui va changer le cours de sa vie.
   
   C'est avec humour que l'auteur nous raconte son expérience. Au départ, rien ne prédisposait le jeune homme, sportif, certes, puisqu'il fait de la natation en compétition, mais sans expérience, à une telle aventure. Il n'a pas le caractère d'un solitaire, lui qui aime les fêtes nocturnes bien arrosées entre copains, la vie de famille nombreuse avec ses parents, son jumeau et ses frères et sœurs. Il n'a aucune connaissance ni de la montagne, ni des animaux sauvages, ni de la chasse ou de la vie sous la tente à l'exception de petites excursions en camping. Aussi la réaction des gardes forestiers devant l'étendue de son ignorance lorsqu'ils viennent l'installer dans son campement provoque le rire... mais aussi l'inquiétude. Voilà où mène le romantisme nourri pas des lectures passionnantes mais théoriques!
   
   Au-delà de l'humour, nous comprenons que le jeune homme est en train de se jeter un défi à lui-même. La réussite de ce projet le transformera complètement. Nous suivons donc avec intérêt les difficultés de sa vie quotidienne, qui, lorsqu'il est entièrement isolé par la neige, se révèle non seulement dangereuse sur le plan physique mais aussi psychique, notre jeune héros sombrant dans la dépression. Heureusement, il a l'amour inconditionnel de sa chienne Boone pour le soutenir et surtout il comprend qu'il doit avoir toujours les mains occupées pour empêcher l'esprit de battre la campagne. Le récit est donc initiatique puisque Peter Fromm, passé les premiers mois d'abattement, va apprendre à aimer sa solitude, va entrer en communion avec la nature dont il s'imprègne, conscient de cette beauté qui l'entoure, une vie de liberté rude et difficile mais pleine de richesses. La lecture va aussi l'aider à emplir sa vie. Le jeune homme mûrit, change à un tel point qu'il se retrouve un peu étranger à ses anciens amis quand il les revoit.
   
   A côté de la description de la vie quotidienne dans sa monotonie et sa répétition car le jeune homme accomplit son travail de préservation des saumons avec conscience, le récit contient de grands moments de bravoure où le quotidien fait place à l'épopée. Ainsi, il accomplit un trajet en raquettes à la recherche de son père et de son frère venus le rejoindre mais perdus dans la montagne, la peur au ventre, craignant de les retrouver morts. Les avalanches à répétition, son combat avec le Lynx blessé, la chasse au Lion des Neiges sont aussi, entre autres, des passages passionnants.
   
   Le roman est donc très attachant et j'ai vraiment adoré découvrir ce si célèbre "Indian Creek".
   ↓

critique par Claudialucia




* * *



Formation accélérée
Note :

   "En acceptant de venir ici, j'avais dans la tête une vague idée de liberté : n'obéir à personne, ne faire que ce que je voulais. Il me semblait maintenant avoir négligé le fait tout simple que, même si je pouvais faire tout ce qui me chantait, et à n'importe quel moment, il n'y avait rien à faire. Cette impression était aussi angoissante que cette bûche sur ma poitrine qui m'avait coupé le souffle. Et si la claustrophobie me gagnait ? Et si je perdais la raison à force d'ennui" ?.
   

   Voilà un récit que je devais lire depuis longtemps, sous la pression de blogueuses enthousiastes qui se reconnaîtront. Le hasard a fait qu'en allant au dernier festival America, la première personne que j'ai aperçue est Pete Fromm lui-même, souriant, disponible, accueillant et tout et tout. Je lui ai sauté dessus et hop, cinq minutes après mon arrivée j'avais déjà acheté un livre. Ne soyez pas mauvaises langues, j'en suis restée là, ce qui n'est pas un petit exploit dans ce lieu de perdition, mais je m'égare. Revenons au livre.
   
   Le jeune Pete Fromm s'engage sur un coup de tête à partir 7 mois en solitaire dans les montagnes rocheuses, entre l'Idaho et le Montana, en plein hiver, pour s'occuper d'un bassin de saumons. La tête farcie de récits de trappeurs, il n'a aucune idée de ce qui l'attend, son expérience est égale à zéro, il ne sait rien faire et ses études en biologie animale ne lui seront d'aucun secours. Pas plus que son niveau de compétition en natation.
   
   Il part avec un chiot, Boone, qui le suivra comme son ombre et deviendra une belle chienne à l'aise dans la nature. Les gardes forestiers qui l'accueillent se rendent compte de l'étendue de son ignorance, mais le laissent là en lui expliquant le principal. Le voilà seul dans une tente avec un poêle à bois et la perspective d'un hiver solitaire dans une région où la température descend à - 40 la nuit, où l'on ne voit que la neige pendant des mois. Son lien avec l'extérieur est un téléphone qui se trouve à plusieurs miles. On peut dire qu'il n'en mène pas large.
   
   J'ai eu grand plaisir à lire ce récit d'apprentissage, avant tout grâce à son humour. L'auteur ne se prive pas de se moquer de lui-même. Il se conduit souvent comme un jeune chien fou, il prend des risques inutiles, il passe d'intenses moments de découragement au bonheur de longues marches dans la neige. Il s'adapte plutôt bien, il est débrouillard et s'il accumule les bêtises, heureusement pour lui tout se termine bien.
   
   Les conditions sont rudes, la forêt est remplie d'animaux, la rivière bruissante et certaines scènes font frémir ; la longue marche à la rencontre de son père et de son frère, le lutte d'un lynx et d'un cerf, le face-à-face avec un puma, les traces d'ours. Il s'occupe consciencieusement des saumons, lis beaucoup et finalement se rend compte qu'il n'est pas si heureux que cela de retrouver la "civilisation".
   
   Dans une postface, l'auteur explique comment sa vocation d'écrivain est née là-bas, en prenant des notes quotidiennes.
   
   Si vous avez d'autres titres à me proposer, je suis preneuse.

critique par Aifelle




* * *