Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Brasier de Derek Nikitas

Derek Nikitas
  Brasier

Brasier - Derek Nikitas

Difficile à lâcher
Note :

   Un professeur d’université est sauvagement assassiné, sans mobile apparent, sur le parking d’un hypermarché. Il était venu accompagner sa fille qui avait un achat à faire et c’est au moment où ils repartent, qu’un homme lui demande d’ouvrir sa vitre et fait feu sur lui.
   
   Aussitôt, deux inspecteurs sont chargés de l’enquête, d’autant plus difficile que cet homme semblait mener une vie sans histoire. Mais sa fille n’est pas la jeune adolescente candide qu’il pense, elle vient d’ailleurs de voler un cd c’est pourquoi elle est pressée de quitter les lieux. Ajoutez à cela sa femme, qui nous révèle bien des surprises et les deux voyous à la vie plus que glauque qui viennent la voir jusqu’à son lieu de travail en lui réclamant de l’argent…
   
   On a beau dire, les polars ce n’est plus ce que c’était. Finies les banales affaires de meurtre et les portraits stéréotypées, nous avons affaire à de vrais romans psychologiques où l’analyse des caractères et des milieux sociaux prend souvent avec bonheur le pas sur l’enquête, sans la négliger.
   Ici récit psychologique, recherche scientifique, enquête sur le crime, suspens et rebondissements se mêlent tout au long d’un polar exquis, et si prenant qu’on a du mal à le lâcher.
   
   L’histoire démarre sur les chapeaux de roue et nous tient en haleine jusqu’à la fin. Les portraits qui sont brossés des personnages sont savoureux: une jeune adolescente rebelle à la fois attachante et exaspérante, son voisin dont elle est amoureuse mais que sa mère déteste, la femme voyou enceinte jusqu’au cou, la femme de la victime qui se révèle amnésique et a oublié les 15 derniers années de sa vie, soit tous les moments avec sa fille…
   
   Même l’écriture est travaillée, ciselée, resserrée, bref une réussite que ce premier roman d’un auteur qu’il va falloir suivre de près!

critique par Éléonore W.




* * *