Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sirandanes de Jean-Marie Gustave Le Clézio

Jean-Marie Gustave Le Clézio
  Le rêve mexicain ou la pensée interrompue
  L'Africain
  Cœur brûle et autres romances
  Le livre des fuites
  La quarantaine
  Gens des nuages
  Sirandanes
  Ailleurs
  Etoile errante
  Ritournelle de la faim
  Raga, approche du continent invisible
  Dès 08 ans: Voyage au pays des arbres
  Diego et Frida
  Ourania
  La Ronde et autres faits divers
  Poisson d’or
  Désert
  Onitsha
  Ados: Lullaby
  Tempête
  Le Déluge
  Bitna, sous le ciel de Séoul

AUTEUR DU MOIS DE MARS 2006

Jean-Marie Gustave Le Clézio est né à Nice, le 13 Avril 1940, d'une famille bretonne émigrée sur L'île Maurice au XVIII siècle. Ce Docteur en lettres obtint le Prix Renaudot en 1963 avec "Le procès verbal". Il n'a jamais cessé d'écrire et a ainsi produit aujourd'hui près de 40 ouvrages et la source n'est pas tarie. En 1980, il reçut encore le prix Paul Morand pour l'ensemble de son oeuvre.

Prix Nobel de Littérature 2008

En dehors de ses romans, d'inspiration souvent autobiographique ou du moins familiale, voyageur, écrivain, passionné par les civilisations anciennes, il s'est toujours intéressé aux cultures africaines et d'Amérique latine et leur a consacré des témoignages et des essais.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Sirandanes - Jean-Marie Gustave Le Clézio

Suivi d'un petit lexique de la langue créole
Note :

   JMG et Jemia Le Clézio ont passé leur enfance à Maurice. Cette île si accueillante où le créole règne en maître bien que l'Anglais soit la langue officielle.
   Sirandanes ? Ce sont des devinettes, en créole, qui portent sur la vie quotidienne des Mauriciens.
   Sirandanes ? Sampek ! C'est ainsi que les devinettes se lancent et sont acceptées à Maurice.
   JMG Le Clézio nous les présente en créole avec une traduction en français. Ce sont des classiques, certainement tout aussi représentatifs de l'âme mauricienne que le seraient des contes :
    « Dilo dibut ?
   - Kann.
   (De l'eau debout ?
   - La canne à sucre.) »
   
   « Bul disan anba later ?
   - Betrav.
   (Une boule de sang sous la terre ?
   - La betterave.) »
   
   « Kan mo gran manman dézbiyé, mo ploré ?
   - Zonyon.
   (Quand ma grand-maman se déshabille, je pleure ?
   - L'oignon.) »

   
   JMG Le Clézio nous confie son attachement à cette langue parlée qu'est le créole, qui l'a bercé dans son enfance, et nous donne un lexique de la langue créole et des oiseaux.
   Je ne peux résister à celui-ci, de mot, indéfectiblement pour moi à Maurice et La Réunion :
    « Varangue : la véranda des demeures coloniales mauriciennes, où l'on se tient l'après-midi et le soir pour se rafraîchir, pour écouter la pluie et le ballet des moustiques. »
   Et encore :
    « Malang : l'eau malang, une eau corrompue, malsaine, empoisonnée. »
   Ou le bel oiseau des Mascareignes :
    « Paille-en-queue : c'est le phaeton aethereus, l'oiseau mythique, presque magique par sa beauté, volant au-dessus des falaises sombres de la rivière Noire, avec derrière lui sa longue queue de lumière, comète qui traverse l'immensité de l'horizon de la mer. »
   
   Et enfin, pour rester dans le domaine du personnel, des illustrations ponctuent régulièrement la lecture, qui sont des dessins ou aquarelles de JMG Le Clézio.
   Un petit ouvrage pour se faire plaisir.

critique par Tistou




* * *