Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La lampe d'Aladino, et autres histoires pour tromper l'oubli de Luis Sepulveda

Luis Sepulveda
  Le Neveu d'Amérique
  Le vieux qui lisait des romans d’amour
  Journal d'un tueur sentimental
  L'ombre de ce que nous avons été
  La lampe d'Aladino, et autres histoires pour tromper l'oubli
  Dès 10 ans: Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler
  Dès 07 ans: Histoire d'un escargot qui découvrit l'importance de la lenteur
  L'Ouzbek muet et autres histoires clandestines
  Le Monde du bout du monde

Luis Sepúlveda est né en 1949 au Chili et vit actuellement en Espagne.

La lampe d'Aladino, et autres histoires pour tromper l'oubli - Luis Sepulveda

J'abandonne!
Note :

   Il est temps que j'arrête avec les ouvrages de Luis Sepulveda. Car avec sa bonne renommée, et grâce aux avis positifs souvent lus à son encontre, j'essaie régulièrement de donner une chance à l'auteur chilien. Mais après deux romans qui ne m'ont pas convaincu, c'est cette fois un recueil de nouvelles qui m'a laissé assez perplexe. Je crois que j'en ai vu assez pour dire que cet auteur n'est pas pour moi.
    
   Le recueil se nomme "La lampe d'Aladino", et comporte un sous titre, "et autres histoires pour tromper l'oubli", qui donnent un peu leur thème aux nouvelles. Car s'il est un point qui peut les rapprocher, c'est ce rapport au passé, assez constant, et notamment à une forme de paradis perdu que les personnages tentent de retrouver ou de se remémorer, que cela concerne un moment d'amitié entre intellectuels ou la vie sur un bateau pirate.
   
    La première nouvelle fait intervenir les personnages déjà aperçus dans son ouvrage le plus connu, "Le vieux qui lisait des romans d'amour". J'ai trouvé cette entrée en matière un peu facile, car attirant le lecteur sur des chemins qu'il connaît déjà (et que je n'avais pas trop aimé suivre).
    
   Ensuite, ce sont des histoires avec des personnages nouveaux, mais je crois que le style de l'auteur, et plus encore sa manière de traiter les histoires ne m'intéressent pas. Il y a une forme de naïveté dans la narration, avec des intrigues mêlant presque toujours réalité et imaginaire, apparition de fantômes notamment, qui ne me parle pas. On voyage beaucoup, en Afrique, en Europe, on rencontre des personnages connus comme Butch Cassidy, mais j'ai trouvé que l'ensemble manquait de force, de conviction. Certaines nouvelles sont plaisantes, comme "Hôtel Z" qui nous emmène au fin fond de la forêt, mais je les ai vite oubliées.
    
   Allez, je n'en dirai pas plus, et vous laisse découvrir d'autres lecteurs plus convaincus que moi.
   ↓

critique par Yohan




* * *



Beau talent de conteur!
Note :

   Si vous avez aimé "Le vieux qui lisait des romans d'amour", alors retrouvez ce personnage dans la première nouvelle de ce recueil:
   
    Les indiens Shuars parlent des fugitifs dont font partie le Vieux et son ami le dentiste :
    "C'est à peine s'ils réussissaient à pêcher un raspabalsa, le plus lent et le plus somnolent des poissons, ils ne savent pas faire la différence entre les fruits sucrés du corossol et la pulpe trompeuse de la tabernamontana qui avait la même odeur, le même goût, mais qui, loin de parfumer les palais, précipitait les corps dans le torrent honteux de la colique, ils ignoraient que la chair du singe grognon était tendre et délicieuse et préféraient celles du tanza, paresseux et facile à faire dégringoler des arbres, mais tout en nerfs et dur sous la dent. Ces blancs étaient de drôles de gens mais ils respectaient le Vieux parce qu'il était différent.(...) De plus ils appréciaient sa drôle d'habitude de lire des romans d'amour qu'il leur racontait ensuite, tout ému, pendant les longs après-midi de la saison sèche."
   

    Suivent alors des récits, inventés ou en hommage à des personnes réelles, tour à tour drôles, nostalgiques, émouvants, bizarres, tragiques, écrits dans un style très fluide qui vous emporte. Quel beau talent de conteur! Je n'en dirai pas plus et vous recommande chaudement la lecture de ce petit livre.

critique par Keisha




* * *