Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Close-up de Michel Quint

Michel Quint
  Effroyables Jardins
  L'espoir d'aimer en chemin
  Aimer à peine
  Les Joyeuses
  Close-up
  Veuve Noire
  Apaise le temps
  Fox-trot
  Un hiver avec le diable

Michel Quint est un écrivain français né en 1949 dans le Pas-de-Calais.

Close-up - Michel Quint

Nébuleux et rebondissant, mais goûteux
Note :

   Rentrée littéraire 2011
   
   
   Miranda effectue des tours de cartes au Quolibet, un cabaret assez miteux de Lille, un numéro de close-up. Un soir, entre dans ce cabaret un groupe emmené par Bruno Carteret, magnat du BTP, la cinquantaine triomphante. Miranda reconnaît en lui celui qui dix ans plus tôt, a donné à sa vie son ton misérable. Elle décide de se venger et lui prédit sa mort avant le vendredi 13. Ce qu'elle ne prévoit pas, c'est qu'on va attenter à la vie de Bruno peu après cette soirée et qu'il viendra se réfugier chez elle. Ainsi, elle se retrouve à protéger l'homme dont elle souhaite la ruine.
   
   Les éditions "La branche" lancent la collection Vendredi 13, et excusez du peu, mais ont déjà publié Michel Quint donc, J-B Pouy et Pierre Bordage! Et sont prévus Olivier Maulin, Jean-Marie Laclavetine, Patrick Chamoiseau et Alain Mabanckou, entre autres. Très alléchant!
   
   Pour "Close-up", ce qui m'a emballé tout de suite, c'est le style, la langue de Michel Quint. Je me suis régalé de ses phrases qui alternent le plus beau français, avec des expressions latines (c'est le dada, le TOC même, de Bruno) et les mots de patois lillois ou d'argot. Et ses phrases, très ponctuées, triturées, déstructurées. Quel plaisir de lecture avant tout! Un exemple? Allez, je suis bon:
   "Ce soir, pas long après la Toussaint, quand les larmes écloses au bord des tombes n'ont pas encore séché aux joues mais que le parfum des fêtes allume déjà l'oeil, marché de Noël, grande roue sur la place de la Déesse et tout le tralala, elle glisse de son tabouret, et tend le bras, paume ouverte, pour accueillir cinq hommes et une jeune femme blonde qui entrent en secouant la brume de leurs épaules." (p.9/10)

   
   J'en ai plein d'autres que j'ai notés et notamment les descriptions des personnages qui sont absolument formidables. Lorsque Bruno fait les présentations de sa belle-famille à Miranda, lors de la soirée où elle lance sa prédiction, on a presque l'impression d'être à l'hippodrome ou à une parade hippique, avec belles dames et beaux messieurs:
   "Elle s'arrête au passage dire deux mots à un vieux monsieur, tout blanc de poil, une tête de percheron sournois, les dents aussi et la carrure, les paluches comme des pâturons. [...] Miranda passe ainsi en revue, Henri Vailland, frère aîné d'Eléonore, autre cheval, plus grand que son père, les attaches plus fines, mais la gueule, la gueule, il est carnassier ce bourrin-là, et pas à son aise, mou de partout, sauf du râtelier... [...] Jeanne aussi, la cadette, moins jument, quand même de la race, costaud, en robe longue, vraisemblablement d'un jeune créateur audacieux du froufrou et belge, belge comme son mari, Charles Dierickx, "dans les affaires", exactement du négoce par ci par là, un peu de tout, un maigrelet qui respire peu pour bomber le torse, une tête de jockey de trot, avec écrit margoulin partout sur lui, même dans l'accent à la Brel qu'il n'a pas." (p.43/44/45)

   
   Vous l'avez compris je me suis régalé de l'écriture de Michel Quint. Maintenant, qu'en est-il de l'histoire? Eh bien, assez nébuleuse et rebondissante pour qu'on s'y intéresse aussi. L'auteur maîtrise bien ses effets et nous les distille à petites doses, pour nous garder vigilants. Je pourrais dire que la relation entre Miranda et Bruno est assez prévisible -mais pas désagréable-, mais c'est vraiment le seul reproche que je pourrais faire à Michel Quint.
   Le seul? Pas sûr, lisez plutôt cela:
   "Elle sait que sa voix a grimpé dans les aigus, qu'elle fait ado hystérique à un concert de Frédéric François..." (p.114)

   Qui pourra croire que Frédéric François s'attire encore des cris d'adolescentes? Et même des adolescentes dans ses concerts? Et même simplement des concerts? (Désolé, mes sœurs! Ne lisez pas ceci, vous qui vous pâmâtes devant ce ... chanteur, pour mon grand malheur -et celui de mes frères-, nous qui fûmes obligés de l'entendre, parfois brailler depuis votre chambre, en duo ou trio avec vous-mêmes!)
   Las, M. Quint, je suis désolé de vous dire que vous n'êtes point crédible, vous eûtes été plus inspiré en écrivant: " Elle sait que sa voix a grimpé dans les aigus, qu'elle fait ado hystérique à un concert de Justin Bieber..."
   
   Mais que cela ne vous empêche pas -oh que nenni- de vous précipiter sur ce livre pour déguster, que dis-je pour vous empiffrer, de la belle langue onctueuse, pulpeuse, généreuse et plein d'autres adjectifs en "euse" de Michel Quint!
    ↓

critique par Yv




* * *



Bienvenue chez les Ch'tis
Note :

   "Ensuite, on verra s'il faut prolonger le bail, aller jusqu'à vendredi, ce foutu vendredi 13..."
   

   Une vengeance qui va se doubler d'une chassé-croisé amoureux, déjà lu. Mais l'intrigue s'avère moins classique que prévu et l'atmosphère miteuse du cabaret lillois où officie Miranda dans un numéro de Close-up est très savoureuse. On aurait aimé en dire autant de la description de ce monde de grands-bourgeois où évolue le personnage masculin, pièce rapportée qui fait un peu-beaucoup tâche.
   
   Un avis en demi-teinte donc mais un roman qui donne une irrésistible envie de passer un peu de temps ici (prévoir un solide budget!)
   
    207 pages 100/100 lilloises!

critique par Cathulu




* * *