Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La garden-party de Katherine Mansfield

Katherine Mansfield
  Mariage à la Mode
  La maison de poupée
  La garden-party

Katherine Mansfield est une écrivaine et poétesse néo-zélandaise, née en 1888 et décédée (tuberculose) en 1923.

La garden-party - Katherine Mansfield

Moments de vie
Note :

   Ce n'est pas que je ne veuille pas faire plaisir à mon lectorat en délire, mais le problème fondamentalement fondamental avec les recueils de nouvelles, c'est qu'ils sont un brin compliqués à résumer sauf à se taper un passage en revue de la table des matières aussi exhaustif qu'enquiquinant . Or donc, s'il m'arrive et me plaît parfois d'être enquiquinante, il m'arrive tout aussi bien d'être paresseuse magnanime.
   
   Bref. "La Garden Party", Katherine Mansfield. Qu'en dire? Ce sont des nouvelles. En même temps, vous deviez commencer à vous en douter. Est-ce que c'est bien? Ma foi oui. Mais. Car il y a toujours un mais.
   
   J'admire totalement, et sincèrement l'art de Katherine Mansfield de croquer les moments de vie, les petits riens qui font basculer une existence entière. A cette aune, la nouvelle éponyme est un petit chef d’œuvre où, sans qu'il se passe grand chose à part l'excitation qui peut précéder une garden-party dans un milieu bourgeois, c'est toute la confrontation d'une jeune fille avec le poids des conventions et des classes sociales qui est décrite avec acuité.
   
    Cet art, on le retrouve dans toutes les nouvelles, toutes allant au cœur de moments de vie sur un ton que je qualifierai presque de serein... voire anodin. Autant le dire, je n'ai pas été frappée par le style de Mansfield, que j'ai trouvé un peu plat en dehors des moments de grâce où elle parvient avec quelques mots à brosser un paysage, une sensation. Mais elle parvient toujours à atteindre le cœur de la vie, la violence des relations humaines, l'amour et la douceur, l'ambivalence des sentiments au point qu'il est difficile de ne pas avaler ces quelques nouvelles.
   
   Une belle découverte.

critique par Chiffonnette




* * *