Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Colères de Lionel Duroy

Lionel Duroy
  Colères
  L’absente

Colères - Lionel Duroy

Linge sale
Note :

   "Ecrire c'est une façon de rester debout" : ainsi s'exprime Lionel Duroy dans une interview, et c'est exactement ce qu'il met en œuvre dans "Colères", ce roman autobiographique (on ne se laissera pas abuser par la modification des noms, l'écrivain qui se livre dans ce roman s'appelant Marc Maison) rédigé au jour le jour quand il s'est trouvé confronté à un bouleversement familial de grande ampleur au moment de la sortie de son autobiographie, "Le chagrin". En effet, sa femme, Hélène, lui avoue qu'elle ne le désire plus et prend un studio et son fils, David, l'escroque de la pire des manières qui soit. Roman "à fleur de peau", "Colères" (on remarquera l'emploi révélateur du pluriel, le narrateur étant assailli de tous côtés par des motifs de colère divers) est un roman qui exhibe ce que l'on cache normalement, les fêlures, les désamours, les conflits familiaux et qui s'interroge sur l'écriture, ses vertus et ses paradoxes.
   
    Si l'écriture est nécessaire, elle lui coûte aussi: sa famille a cessé de lui parler vingt ans auparavant quand il a publié son premier roman sur ses parents et au moment où son autobiographie, dont l'écriture l'a à la fois libéré et laminé, rencontre un joli succès critique, sa femme le quitte et son fils se venge de ce qu'il a ressenti de l'attitude de son père à son égard. Dans un style très sobre, sans jamais tomber dans les récriminations ni le pathos (une gageure avec ce type de sujet très intime), Duroy s'interroge sur l'amour et la paternité, se remet en question et écrit, tout, pour ne pas sombrer dans la dépression et enfin, dépasser la colère. Un roman très touchant et très pudique.
    ↓

critique par Fashion Victim




* * *



Il m'y a mis! (en colère)
Note :

   Un écrivain, Marc, voit que sa vie de famille explose. Son fils, d'un premier mariage part, lui laissant d'abord un mail accusateur et désagréable et ensuite ses dettes à honorer. Marc, qui se met en quatre pour ses filles, qui fait les courses en fonction de ce qu'elles aiment manger sent qu'elles s'éloignent de lui, qu'elles se jalousent. Même sa femme, Hélène lui dit qu'elle ne le désire plus.
   Rien ne va plus. Malgré tous ses efforts, Marc ne maîtrise plus rien de sa vie. Et c'est bien là le problème! Manifestement, il ne maîtrise pas non plus ce qu'il dit. Quelle lecture rasoir! Jamais je n'ai eu d'empathie ni même de sympathie pour cet écrivain. Jamais je n'ai réussi à entrer dans ce bouquin. Il parle de choses intimes, très personnelles mais qui pourraient être universelles. Il est très proche d'une possible réalité. Mais je trouve qu'on reste au-dessus sans vraiment pouvoir trouver une ouverture pour s'immiscer dans la vie de Marc et des siens. Et puis, franchement, j'ai eu envie moult fois de lui dire : "Mais bouge-toi! Impose-toi! Tes filles, elles sont sûrement admirables, mais se faire mener par des adolescentes est-ce vraiment du rôle du père ? Le père -et les parents en général- ne doivent-ils pas fixer les règles, les limites ?
   Ce livre porte très bien son titre puisqu'il m'a mis en colère contre ce type pas capable de prendre des initiatives, qui subit sa vie plutôt que de la vivre. Qui subit sa famille plutôt qu'il ne vit avec elle. Et je sais de quoi je parle, je travaille à la maison et j'assume mes deux enfants et même deux en plus -et ma femme pourrais-je dire, mais bon ça ferait macho, donc je ne l'ai pas dit.
   Bon, je vais me calmer, arrêter les points d'interrogation et d'exclamation, histoire de faire plus zen. J'inspire, j'expire, je fais le vide, je me calme. Ne manque plus qu'un disque sur les chants des dauphins et des baleines pour atteindre le Nirvana. Voilà, ça va mieux.
   
   "Pouf, pouf."(comme disait P. Desproges). C'est donc tout particulièrement reposé, calme, frais et dispos que je vous livre ma conclusion sur cet ouvrage de Lionel Duroy. Vous êtes déprimé, vous n'allez pas bien, vos enfants vous agacent vous horripilent vous prennent pour des moins-que-rien, votre conjoint(e) ne veut plus que vous la (le) touchiez, vous n'êtes pas au top au travail, alors lisez "Colères" de Lionel Duroy, vous verrez, il y a pire que vous! (Ah mince, j'avais dit plus de point d'exclamation ; allez un p'tit coup de dauphins et baleines).
   
   Si vous allez bien ou pas trop mal, évitez ce livre, choisissez plutôt un bon polar.

critique par Yv




* * *