Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Carnets intimes de Sylvia Plath

Sylvia Plath
  La cloche de détresse
  Carnets intimes
  Dimanche chez les Minton

Sylvia Plath est une poétesse et écrivaine américaine née en 1932 et décédée en 1963.

Carnets intimes - Sylvia Plath

A travers la broussaille des clichés
Note :

    Il m'a été bien plus facile d'écrire sur le magnifique roman "Les femmes du braconnier" qui évoquait la vie de Sylvia Plath que sur ces "Carnets intimes" qui regroupent à la fois des nouvelles et des extraits du journal de la romancière, novelliste, diariste et poétesse américaine.
   
   Difficile en effet de se frayer un chemin à travers la broussaille de clichés attachés à cette jeune femme suicidée, rapidement devenue ce que nous appelons aujourd'hui une icône pour certains. Difficile aussi de se départir d'un sentiment de gêne à l'idée de lire ces carnets intimes, même si on se dit que chaque écrivain les écrit autant pour lui que pour la postérité.
   
   Les extraits de son journal nous montrent une Sylvia exaltée et lumineuse, mais aussi apaisée quand elle vit à la campagne avec son mari. ce que l'on retrouve aussi dans certaines nouvelles, dont une reprend directement un épisode de vacances amoureuses en Espagne. Ce va et vient entre les nouvelles et la vie de l'auteure semble constant même si le travail de l'écriture vient sublimer le travail de la mémoire.
   
   Mais la dépression rôde toujours et Plath nous libre ici dans "Langues de pierre" une nouvelle mettant en scène une jeune femme qu'on devine enfermée dans un hôpital psychiatrique, texte tout en légèreté apparente mais qui distille un sourd malaise, en particulier quand l'héroïne prépare son suicide avec une méticulosité annonçant celle dont fera preuve Sylvia pour épargner ses enfants quand elle décidera de mettre fin à ses jours. Les nouvelles ne sont pas toutes aussi prégnantes mais l'ensemble est toujours aussi fascinant.

critique par Cathulu




* * *