Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Glacé de Bernard Minier

Bernard Minier
  Glacé
  Le cercle

Bernard Minier est un auteur français de romans policiers et thrillers, né en 1960.

Glacé - Bernard Minier

Difficile à lâcher!
Note :

   Décembre 2008 dans les Pyrénées.
   Deux ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent stupéfaits un animal accroché en haut d’un téléphérique, sans tête… Voilà le point de départ de ce premier roman captivant. L’auteur y révèle d’ores et déjà son style avec le commandant Servaz, un flic sympathique, se retrouvant bien malgré lui au cœur d’une enquête dans les montagnes pyrénéennes.
   Rapidement identifié, Freedom était le cheval préféré de monsieur Lombard, un milliardaire passionné d’hippisme et qui est propriétaire d’un centre équestre. Il semble évident que derrière ce crime odieux, c’est lui qui est visé.
   Rapidement les regards se tournent vers l’hôpital psychiatrique tout proche, où résident des criminels particulièrement dangereux et où une jeune psychologue vient d’être embauchée. En effet, les premiers éléments de l’enquête laissent apparaître les traces ADN de l’un des patients. Pourtant de nombreuses zones d’ombre subsistent: il apparait en effet impossible que cet homme ait pu s’échapper ou même s’absenter de l’asile, tant il est bien gardé. De plus un autre crime, celui du pharmacien de la ville, se rajoute au premier ainsi que le rappel d’une vague de suicidés plusieurs années auparavant.
   
   Ce roman a de nombreuses qualités, à commencer par un scénario original avec pour victime principale un cheval, mieux traité qu’un humain au niveau de l’enquête, et pour cause il appartient à un des personnages les plus influents du comté, c’est d’ailleurs pourquoi on pense immédiatement que la personne visée n’est pas cette pauvre bête mais bien son maître.
   
   Une enquête palpitante tant on ne voit pas par qui et pour quelles raisons ce meurtre a pu être commis. Certes, un hôpital psychiatrique regroupant de dangereux psychopathes n’est pas loin et c’est d’ailleurs passionnant de suivre la jeune psychologue embauchée sur ces lieux, et les rencontres des enquêteurs avec un des suspects.
   
   Une écriture dans laquelle il est très agréable d’entrer grâce à un style à la fois simple, concis mais aussi limpide, en clair cela se lit aisément et c’est bien écrit.
   
   Pour toutes ces raisons, il est très difficile de lâcher ce polar, d’autant que le suspens est constamment présent et l’enquête rebondit à chaque page: des vigiles qui préfèrent regarder la télé que surveiller les lieux et qui disparaissent un peu trop vite, des employés potentiellement suspectés, de dangereux criminels enfermés dans une institution isolée, des notables au comportement passé étrange, une vague de suicides inexpliquée qui pourrait venir éclairer les mises en scène particulièrement machiavéliques des crimes d’aujourd’hui et enfin des personnages hauts en couleur, qu’il s’agisse des différents enquêteurs, des témoins ou des suspects.
   
   Huit clos au cœur d’un village pyrénéen qui vit quasi en autarcie mais qui pourrait ressembler à n’importe quel autre, ce polar, d’une redoutable efficacité, m’a entrainée bien loin de mon quotidien, et je me suis retrouvée happée avec bonheur par un récit dont j’ai tourné les pages avec un plaisir infini.
   
   L’intrigue tient ses promesses, ne faiblit pas et s’accélère même aux 2/3 du roman, avec un passage particulièrement impressionnant dans une cabine de téléphérique.
   
   Il y a fort à parier que le commandant Servaz nous réserve de beaux jours et de belles enquêtes à venir, pour ma part c’est avec une réelle impatience que je vais suivre la production de Bernard Minier, cet auteur qui semble si prometteur.
   
   Seul bémol, la première de couverture que j’ai trouvée bien peu attirante. Mais ce polar m’a vraiment fait passer un excellent moment.
    ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Dans le creuset
Note :

   J’ai beaucoup aimé le début de ce thriller. 
   
   Les Pyrénées, une vallée encaissée et enneigée, un centre psychiatrique de haute sécurité pour une dizaine de psychopathes tueurs en série jugés irrécupérables, une centrale hydroélectrique dominant le tout, voilà le décor. 
   
   Hiver 2008 : une série de meurtres se succèdent, à commencer par le pur-sang écorché et pendu d’un notable de l’endroit. Immédiatement, mobilisation générale: gendarmerie, police, experts en tous genres, infirmiers spécialisés, procureurs, juges à la retraite et subordonnés, tout le monde s’active pour empêcher de nouveaux crimes.
   
   Comme d’habitude dans ce genre de romans, on finit par soupçonner presque tout le monde et par beaucoup se tromper. 
   
   J’ai aimé la fin, saccadée, traitée sous forme de flashes alternant les diverses actions en cours. On suit tous les personnages presque en même temps, en accéléré et l’inévitable question se pose: les bons arriveront-ils avant les méchants? 
   
   C’est curieux comme je me laisse prendre à chaque fois!
   
   Cependant, je l’ai trouvé trop long. Je me serais bien passée d’une bonne centaine de pages. Il faut dire aussi qu’aucun de tous les nombreux personnages ne m’a vraiment retenue. 
   Servaz, le commandant, j’ai compris trop vite ce qui lui arrivait et je l’ai trouvé bien mou! 
   Diana, la jeune psy suisse, la seule pour laquelle j’ai éprouvé un peu de sympathie, n’était pas assez présente, si bien que j’oubliais souvent sa présence. Les autres me sont restés indifférents.
   
   Est-ce qu’à force de lire de nombreux thrillers de ce genre et de regarder régulièrement "les Experts" et autres excellentes séries américaines, je serais devenue blasée? J’espère que non et qu’un prochain "policier" plus percutant, plus original, plus attachant me séduira bientôt à nouveau
   
   
   . L'auteur: Originaire de Béziers, Bernard Minier a grandi au pied des Pyrénées. Contrôleur principal des douanes, marié et père de deux enfants, il vit en région parisienne. Primé à l’issue de plusieurs concours de nouvelles (Actu-SF 2004, Delirium 2006, Hauteurs la revue 2006, Maisons Laffitte 2007), il publie aujourd’hui "Glacé" : son premier roman.
   
   Voici un passage d'un entretien très intéressant qu'il a donné:
      "Je me suis aperçu que ce que j’avais créé portait un nom: Elizabeth George appelle ça un «creuset». Un creuset, c’est un endroit, une situation où les personnages sont coincés. Dans de telles conditions, la température monte et ils sont soumis à des tensions considérables. Un creuset, c’est l’île des Dix Petits Nègres bien sûr, mais c’est aussi le Pequod de Moby Dick ou, plus récemment, le navire HMS Terror prisonnier des glaces dans le saisissant roman éponyme de Dan Simmons." 
   Rien à dire: les références sont excellentes! 

critique par Mango




* * *