Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mémoires sauvées du vent de Richard Brautigan

Richard Brautigan
  Le monstre des Hawkline
  Mémoires sauvées du vent
  Un privé à Babylone
  La vengeance de la pelouse
  Le général sudiste de Big-Sur
  La pêche à la truite en Amérique - Sucre de pastèque
  L’Avortement

Richard Brautigan (1935 - 1984) est un écrivain et poète américain.

Mémoires sauvées du vent - Richard Brautigan

Le temps
Note :

   Richard Brautigan nous mène à sa guise à travers son histoire avec une science infinie de l'écriture. C'est vrai, tout d'abord qu'on ne peut classer ce livre dans un genre littéraire car ce roman est un poème et ce poème est un roman.
   Brautigan écrivait, reprenait, réécrivait, corrigeait ses textes un nombre incalculable de fois. Ce n'est pas par hasard que je parle de science de l'écriture, ce poète est un technicien, un tacticien, qui vous attachera au fil complexe de son récit et ne vous perdra pas.
   Si vous lisez ce livre, je veux dire, quand vous lirez ce livre, je vous invite également à vous intéresser à la conjugaison. Brautigan y manie le temps, en maniant les temps, au sens scolaire du terme. Il se joue de notre échelle chronologique et de sa progression qu'on croyait inexorable. Il fait des n?uds dans la ligne des jours, des mois et des années. Il nous y perd pour nous faire sentir comment son personnage s'y est perdu, il nous y englue, que nous sentions comme son personnage s'y est englué, il nous y bloque comme lui sur le moment qu'on ne peut dépasser.
   Si vous lisez ce livre, je veux dire, quand vous le lirez, livrez vous aussi aux images qu'on vous offre. Ca peut, par exemple, commencer ainsi : « D'où je suis assis, en ce premier août 1979, je colle mon oreille au passé comme si c'était le mur d'une maison qui n'est plus » et vers la fin, «La pluie commença à tomber en grosses gouttes lourdes, mais les gouttes étaient assez éloignées les unes des autres. Elles tombaient très doucement et vous auriez presque pu les contourner si vous aviez voulu. » Qui n'a jamais eu cette impression, connu cette pluie là ? Tout est ainsi, en images qui nous envahissent de leur évidence et, en même temps, de leur poésie. C'est un texte visuel.
   Quand vous lirez ce livre, vous verrez, c'est l'histoire d'un gosse qui parle des vieux, d'un homme qui parle du gosse qu'il a été, c'est l'histoire d'un gosse fasciné très jeune par la découverte du fait que la mort peut aussi atteindre des enfants et qui ne s'en remettra pas vraiment. C'est un récit absolument envoûtant, qu'on relit, qu'on reprend, par bribes ou tout entier une fois encore, dans lequel on retourne sans cesse vérifier un « truc », une idée, une image qu'on n'est pas sûr d'avoir bien lue.
   C'est un bouquin qui ne vous quitte plus.
   
   

critique par Sibylline




* * *