Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Sept Fous de Roberto Arlt

Roberto Arlt
  Les Sept Fous
  Les lance-flammes
  Eaux fortes de Buenos Aires

Roberto Arlt est un écrivain argentin né en 1900. Malade du cœur, il meurt prématurément en 1942.

Les Sept Fous - Roberto Arlt

Orage dans les têtes
Note :

   Publié initialement en 1929, ce passionnant roman de l'argentin Roberto Arlt — qui forme un dyptique avec "Les Lance-Flammes" — est bâti sur une intrigue qui se déroule à Buenos Aires. Si les lieux sont bien présents par des noms de rue ou de quartiers, les personnages hors du commun qui les fréquentent, à commencer par Remo Erdosain, vivent amplement dans leur imaginaire et des troubles psychiques les entraînent à imaginer une conspiration qui changerait le monde.
   
   • Ayant volé la société qui l'emploie Erdosain recherche quelqu'un qui puisse lui prêter les six-cents pesos qu'il doit rembourser. Erdosain a de multiples facettes: escroc, inventeur en puissance, angoissé suicidaire, illuminé notoire, ce qui fait beaucoup pour un seul homme. Mal à l'aise avec les femmes, il fréquente les bordels mais prétend éviter les rapports sexuels. Voilà l'homme qui rêve de devenir Maître du Monde après avoir liquidé une partie de l'humanité avec des armes de sa façon.
   
   • Ce rêve fou de devenir un surhomme anime aussi l'Astrologue signalé par son "visage rhomboïde", sa pilosité et son gibus. Sa propriété sert de rendez-vous aux conjurés. Il rêve de fonder une société secrète pour diriger le monde; il prévoit de financer ce projet par les bénéfices d'un réseau de maisons closes. Pour cela il s'est adressé à Arturo Haffner, dit le Ruffian mélancolique. Haffner, qui tire Erdosain de son embarras financier, est peut-être le seul qui ait les pieds sur terre: "La seule chose que je fais pour vous, c'est vous établir un budget, rien de plus." Le pharmacien Ergueta, lui, est fou de jeu; il rêve aussi de devenir Maître du Monde. Quand il se retrouve à l'asile le Christ lui apparaît en songe et accomplir des miracles semble à sa portée! La bande de l'Astrologue compte aussi le Chercheur d'or, le Major qui projette d'organiser un putsch militaire ainsi que le juif Bromberg alias l'Homme-qui-a-vu-l'accoucheuse! Les autres personnages sont Elsa mariée à Erdosain, et son cousin Gregorio Barsut. Du fait qu'Erdosain a des comptes à régler avec lui — je ne peux en dire plus — Barsut va servir de bouc émissaire. Sous la menace il devra financer les projets de l'Astrologue et il sera question de l'éliminer.
   
   • L'écriture de Roberto Arlt combine une rédaction souvent raffinée et des formules en coup de poing et pleines d'excès. La description du projet des sept fous est l'un des thèmes où passe cette écriture puissante. Le point de départ est que la société moderne est dans l'impasse. L'Astrologue juge que "Les villes sont le cancer du monde" et en conséquence "que ceux qui ne se sentent pas bien en ville s'en aillent dans le désert…" comme les premiers chrétiens. Sur quelles bases fonder le renouveau? "Le plus pratique sera de revendiquer les principes les plus opposés" dit l'Astrologue qui poursuit: "Je ne sais pas si notre société sera bolchevique ou fasciste." Nombre de passages reprennent d'inquiétantes indications: "Je veux être manager des fous…" ou encore: "Nous rétablirons les autodafés…" Erdosain rêve de bombes, de pestes et de gaz de combat et le Major résume: "Nous cultiverons tout spécialement les attentats terroristes..."
   
   • Il y a quelque chose du futurisme de Marinetti dans cet artistique jaillissement de violence, conjugué à un vocabulaire parfois technique et scientifique — je pense au visage "rhomboïde" de l'Astrologue — sans pour autant empêcher les passages oniriques... Sans doute faut-il parler ici de l'esprit des années vingt? Une lecture qui demande plus d'efforts qu'on pourrait croire à priori.
   ↓

critique par Mapero




* * *



Prise faible sur la réalité
Note :

   Remo Erdosain vient de se faire prendre les doigts dans le pot de confiture: il a détourné de l'argent dans l'entreprise où il travaille. Il essaie alors de s'en faire prêter, et se rapproche d'un groupe mené par un personnage mystérieux, l'Astrologue. Ce dernier a un projet fou: monter une société secrète, sur le modèle du Ku Klux Klan, en Argentine. Il a pour objectif de diriger l'extraction de minerai, et de financer son projet en mettant la main sur les maisons closes. S'entourant de Haffner, appelé aussi le Ruffian Mélancolique, il compte sur Erdosain, qui doit notamment lui présenter le cousin de sa femme, Barsut, que l'Astrologue souhaite dépouiller.
    
   Voilà un roman très étrange que ce livre signé Roberto Arlt. Auteur argentin du début du XXeme siècle, il est connu pour avoir exploré les milieux des sans grades de Buenos Aires. Dans ce roman, suite à un vol et à une rupture avec sa femme, son héros se retrouve à faire partie d'un groupe qui a de grands projets mafieux. Mais Erdosain ne semble jamais prendre la mesure du projet dans lequel il met les pieds. D'ailleurs, avec lui, on divague beaucoup, on prend des trains sans aucune raison vers des destinations lointaines, et on suit Erdosain dans ses rêves.
    
   Car Erdosain est un grand rêveur. Il pense toujours à sa femme, se remémore leur rencontre. Il pense également à l'avenir, et surtout l'avenir proche, le moment où il devra extorquer de l'argent à Barsut avant de le tuer. Cette perspective, qui lui paraît au départ très banale, prend de plus en plus de place dans son esprit. Le moment précis lui fait peur, et un retournement final accentuera cette impression qu'Erdosain vit à côté du monde réel.
    
   Il faut accepter de se laisser entraîner dans ce roman, car suivre les pensées d'Erdosain, qu'on ne quittera que peu, n'est pas toujours aisé. L'intrigue se perd en digressions avant de revenir au sujet principal, mais on se demande assez régulièrement si on est dans la vie ou dans les rêves d'Erdosain. Le temps semble se dilater en sa présence, puisque du projet initial, on en restera à l'enlèvement de Barsut. On ne verra pas, en tout cas dans cet opus, ce que donnera cette société secrète. Mais Roberto Arlt a rédigé un autre roman, "Les lance-flammes", qui semble une suite à ce première ouvrage. L'occasion de retourner sur les pas d'Erdosain qui s'il n'est pas un héros attachant, est un personnage lunaire et paumé dont on a envie de découvrir la vie.

critique par Yohan




* * *