Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'inconnue du terrain vague de Pierre Véry

Pierre Véry
  Les Anciens de Saint-Loup
  L'inconnue du terrain vague
  Dès 11 ans: Les disparus de Saint-Agil
  Dès 11 ans: Les héritiers d'Avril

Pierre Véry est un écrivain et scénariste français, né en 1900 et décédé en 1960.

L'inconnue du terrain vague - Pierre Véry

Climat d'époque
Note :

   A Neugate-sur-Touques, petite bourgade du Calvados, tous les regards sont tournés vers le terrain vague situé au milieu du village. Chacun a une grande idée pour qu'il devienne un centre d'attraction, et fasse ainsi concurrence à Lisieux, Pont-L'Evèque ou Caen. Le maire veut implanter un grand jardin public, les dames patronnesses une imposante cathédrale, les bouchers un abattoir... Mais ce sont les professeurs de médecine qui ont finalement gain de cause: un sanatorium sera construit.
    
   Enfin, presque gain de cause, car la mort de la caution scientifique du projet remet en cause le projet. La mort paraît accidentelle, mais les détails laissant penser à un meurtre sont nombreux. Et comme une asiatique, Dam-Van, vient d'arriver dans le village avec son cuisinier et sa servante, les villageois trouvent en elle une cible parfaite. Mais Nicolas Niel, architecte-décorateur en charge du projet, se prend d'amitié pour la belle asiatique, et fait tout son possible pour trouver le fin mot de cette énigme.
    
   Pierre Véry est considéré comme l'un des inventeurs du roman de mystère, avec notamment "Goupi Mains-Rouges" ou "Les disparus de Saint-Agil". Ici, il choisit pour cadre une petite bourgade tout droit sortie de son imagination, et il profite de cet intrigue sur fond d'affaire immobilière pour dépeindre les mœurs de ce village. L'arrivée de cette femme d'un pays lointain, l'Indochine, au moment même où deux morts suspectes ont lieu sur le terrain vague, est suffisante pour créer un climat de tension. La rationalité des habitants est mise à mal, et la folie s'empare de chacun, les uns après les autres. Les premières à céder à cette folie, ce sont les femmes, qui craignent que cette étrangère ne leur pique leur mari. Heureusement, elle peut compter sur l'appui de certains habitants, dont Nicolas Niel et les médecins, tous fascinés par cette personnalité hors norme.
    
   L'intrigue passe finalement au second plan, car on se moque un peu, finalement, de savoir si le professeur a été victime d'un accident ou d'un meurtre. Le vrai sujet du roman, c'est Neugate-sur-Touques. La vie tourne autour du bar-cinéma de Malissart, qui a des mots avec le maire à propos d'un film qu'il souhaite diffuser, mais que les autorités censurent. On y découvre tous les jeux d'influence, notamment ceux des femmes de la bonne société qui, sous des masques de vertu, cachent une méchanceté inouïe.
    
   L'écriture de Pierre Véry est sans fioritures. Il donne une grande place aux dialogues, et le rythme de l'intrigue est assez relevé. Mais le plus étonnant reste que ce roman, paru en 1943 et rapidement épuisé, traite d'un sujet très à la mode à l'époque, la dénonciation et la suspicion envers ceux qui sont considérés comme différents. Une courte lecture édifiante sur le climat qui pouvait régner à l'époque.

critique par Yohan




* * *