Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La faim de Hoffman de Leon de Winter

Leon de Winter
  La faim de Hoffman

La faim de Hoffman - Leon de Winter

Obèses ambassades
Note :

      J'aime beaucoup découvrir des auteurs étrangers inconnus. Le Néerlandais Leon de Winter est né en 54, romancier, scénariste, cinéaste. "La faim de Hoffman" date de 1996 et se situe en 89 lors de la chute de la maison Est et se déroule à Prague, aux Pays-Bas et en Amérique.
   
   C'est un curieux roman qui tient de l'espionnage, du drame familial, de la satire de la diplomatie. Deux obèses occupent, c'est le cas de le dire, l'essentiel de l'espace dans "La faim de Hoffman". Freddy Mancini, touriste californien à Prague errant la nuit en quête de hamburgers, assiste par hasard à l'enlèvement d'un compatriote. Et Felix Hoffman, ambassadeur des Pays-Bas en ce qui est encore pour quelques mois la Tchécoslovaquie, en fin de carrière et rongé par les kilos, finit les buffets des réceptions et dévore Spinoza. Personnellement dévorer Spinoza m'apparaît un signe de déséquilibre au même titre que se goinfrer de fast-food. Hoffman a des excuses: ses deux filles sont mortes, son mariage n'est plus qu'un ectoplasme. Seule son ultime attirance pour une journaliste tchèque lui redonne un peu goût à la vie.
   
       Freddy et Felix ne se rencontreront jamais. Mais en 1989, alors que très bientôt un mur tombera et un rideau se déchirera, à l'heure des grandes bascules, tout ne s'avèrera-t-il pas possible? Y compris que la jeune journaliste, dissidente ou non, allez savoir, cède à l'adipeux diplomate. Y compris que, de retour à San Diego, Freddy soit quitté par sa femme, quatre fois moins lourde. Et que ce même Freddy se retrouve face à des agents comme dans tout film d'espionnage, des agents qui ne lui veuillent pas que du bien. Les aventures de Freddy et Felix, tragi-comiques avec force détails sur leurs dérèglements intestinaux ou familiaux, les conduisent à faire l'objet de manipulations qui les dépassent, qui nous dépassent aussi d'ailleurs, au début des années quatre-vingt dix. Vous savez, cette déjà vieille décennie où des dignitaires post-staliniens réussirent à se métamorphoser en chantres de l'ouverture. Enfin l'important est de sauver sa peau, même fort distendue par la gloutonnerie. Tout cela nanti de digressions sur le "Traité de la réforme de l'entendement " de ce rigolo de Spinoza. Tous les goûts sont dans la nature. Pour les hamburgers je veux bien faire un effort. Mais lire Spinoza, ah non. Voici un petit extrait, très acide. Pas de Spinoza, non, de de Winter.
    "A l'Ouest on baptisait un emmerdeur né dans un pays de l'Est "dissident". Un analphabète de première sachant tout juste son ABC, et ayant le bonheur d'être interné dans un camp du goulag, voyait ses œuvres d"écrivain avant-gardiste et "dissident" éditées à Munich ou Paris."

critique par Eeguab




* * *