Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le caveau de famille de Katarina Mazetti

Katarina Mazetti
  Le mec de la tombe d’à côté
  Les larmes de Tarzan
  Entre Dieu et moi, c’est fini
  Le caveau de famille
  Mon doudou divin
  La fin n’est que le début
  Le Viking qui voulait épouser la fille de soie
  Ma vie de pingouin

Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise, auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes.
(Source éditeur)

Le caveau de famille - Katarina Mazetti

Plouf...
Note :

   Vous souvenez-vous de Désirée, la bibliothécaire et de Benny, l'agriculteur, qui nous avaient enchantés dans Le mec de la tombe d'à côté, chers happy few? Leurs incompréhensions, leurs prises de bec, leur passion, leurs points de vue si différents sur la vie, leur rupture... tout m'avait plu dans ce roman drôlatique et fin.
   
   Eh bien, rien ne m'a plu dans sa suite, Le caveau de famille.
   
   Rien.
   
   Ni l'histoire, sans intérêt (Benny et Désirée font un enfant, se marient, en font un deuxième, ont du mal à joindre les deux bouts, se disputent, font un troisième enfant, ont des dettes, s'engueulent... been there, read that), ni les personnages, qui sont devenus des caricatures d'eux-mêmes et qui ont des réactions qui ne collent plus à ce qu'ils étaient (surtout Désirée, d'ailleurs: qu'elle veuille à tout prix un enfant, je le conçois aisément, mais qu'elle en fasse trois en quatre ans et n'utilise aucun moyen de contraception alors qu'elle est épuisée et qu'elle s'est déjà fait avoir une fois, non mais où vit-elle? dans une bulle spatio-temporelle du XIXème siècle?). Il n'y a aucun humour et la description de ce couple hélas finalement banal (ils ne se comprennent pas et chacun renvoie l'autre à ses incompétences et à ses absences) n'est ni assez dense ni assez profonde pour susciter l'intérêt. Un ratage total, chers happy few.
   
   
   Titre original : Familjegraven
   ↓

critique par Fashion




* * *



Contes d' amours improbables
Note :

   … ou le fabuleux destin d’un roman… "Le mec de la tombe d’à côté".
   
    Grande, blonde, suédoise comme son nom ne l’indique pas (hérité d’un arrière-grand-père italien, tailleur de pierre), Katarina Mazetti, née à Stockholm en 1944, est venue tardivement à la littérature. Son premier roman "Entre Dieu et moi, c’est fini" a vu le jour en 1995. Mais c’est "Le mec de la tombe d’à côté" qui l’a révélée au public, premier de ses romans traduit en français en 2006.
   
   Depuis, les amours de Désirée et de Benny ont fait l’objet d’adaptations cinématographique en Suède (1 million d’entrées!), théâtrale en France, sans oublier les milliers de lecteurs qui se sont passionnés pour les aventures "érotiques et agricoles" de nos deux héros. Traduit dans trente langues, l’auteur n’avait pas imaginé un tel succès.
   Mais qui sont Désirée et Benny? Se rencontrer dans un cimetière n’est pas une chose banale, y commencer une histoire d’amour encore moins!
   
   Ces deux êtres si peu faits l’un pour l’autre avaient entamé une relation amoureuse improbable faite d’énervements et de grincements de dents, Benny aspirant à trouver en Désirée son alter ego pour l’aider à la ferme qu’il tient à bout de bras depuis la mort de sa mère, Désirée essayant de persuader Benny de tout vendre et de l’accompagner en ville. Entre le rural et la citadine, rien n'allait si ce n’est lorsqu’ils se retrouvaient dans les bras l’un de l’autre!
   
   Les histoires d’amour finissent mal en général mais pas dans les histoires de Katarina Mazetti qui nous a concocté une suite dans "Le caveau de famille".
   
   Et si Désirée et Benny ont du mal à s’accorder, ce sera aussi le cas de Mariana et Janne dans "Les larmes de Tarzan". Il est riche, roule en Lamborghini, séduit les femmes riches et élégantes, une existence sans souci loin des préoccupations terre-à-terre de Mariana pour qui le quotidien de femme seule sans argent avec deux enfants ressemble plus à une galère qu’à un conte de fée. Et pourtant! Là encore Katarina Mazetti nous entraîne dans des amours improbables entre une femme dépassée par les événements et un célibataire sans souci si ce n’est celui de séduire.

critique par Michelle




* * *