Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Siècle des Lumières de Alejo Carpentier

Alejo Carpentier
  Concert baroque
  Le Siècle des Lumières
  Le recours de la méthode
  Chasse à l’homme

Alejo Carpentier y Valmont est un écrivain cubain né en 1904 et mort en 1980.

Le Siècle des Lumières - Alejo Carpentier

La Révolution française aux Caraïbes
Note :

   Ce titre qui désigne le 18eme siècle européen gouverné par la raison, est ironique; on ne verra que des lumières s’obscurcissant.
   C’est le seul roman historique de Carpentier qui veut montrer les effets de la Révolution française importée dans les Caraïbes.
   
   L’action débute en 1789, et s’achève à l’insurrection des Espagnols contre Napoléon en 1808.
   
   Un action très riche en péripéties de toutes sortes, qui vous emmène de Cuba à La Guadeloupe, de Paris à Bayonne, de Pointe-Pitre à Parimambos, de la Havane à Madrid, en passant par la bagne de Cayenne, et j’en oublie…
   
   Le roman débute par un prélude non daté mais que l’on pourra aisément re-situer à la lecture du livre. Ce texte consiste en rêveries sombres d’un narrateur désenchanté, sur un navire, la nuit, à propos de "la Machine " instrument qu’on reconnaître aisément (mais qui est aussi métaphore de l’Histoire).
    
   Ensuite, nous sommes à la Havane, vers 1789. Trois adolescents, Sofia, Juan et Esteban viennent d’enterrer le père des deux premiers et oncle du troisième. Ils vont vivre un temps dans la grande maison familiale, seuls, dans un huis-clos. Les domestiques s’occupent d’eux et du commerce des grains que l’adulte a laissé en plan. Vie trépidante, pleine de rêveries, de lectures et d’expériences enivrantes, de théâtre et carnaval improvisé. Le paradis prend fin avec l’arrivée de Victor Hugues commerçant à Port au Prince, qui s’installe chez eux en père et grand frère en même temps. Victor Hugues leur plaît car il ressemble à un aventurier. Il se met à gérer leurs affaires, une bonne chose, car ces jeunes rêveurs se laissaient ruiner sans le savoir. 
   Les jeunes gens s’ouvrent à une vie sociale, gagnent une sorte de maturité. Sofia délaisse son cousin pour l’homme fait, pas vraiment contente mais fascinée tout de même. Les adolescents éprouvent des sentiments ambigus pour Victor, mais dans l’ensemble, une admiration éperdue domine.
   Le but de Victor Hugues, qui est de les gagner à la cause révolutionnaire qu’il est décidé à importer dans les Antilles, semble gagnée. Le quatuor quitte la Havane pour Santiago, par les voies navigables. Esteban est fasciné par l’aspect fantastique du réel végétal, de la nature luxuriante, presque autant que par l’action sociale…
    
   C’est pour moi une relecture que ce "Siècle des Lumières", et je le trouve toujours aussi réussi. Roman complexe et ambitieux qui traite plusieurs sujets, l’engagement politique de l’artiste, les événements de la Révolution française et leur impacts aux Caraïbes (comment faire pour que la Révolution soit plus qu’une fête ou un mythe, comment faire pour que le pouvoir n’avilisse pas ceux qui s’en emparent?), la formation des jeunes gens (Esteban et Sofia) leurs évolutions, espoirs, déceptions, mûrissements, régressions; des descriptions magnifiques, de la nature (c’est là qu’on se met à l’aimer), des mouvements de foule, des mouvements d’âme; la transformation réussie de Victor Hugues, qui a réellement existé, en un personnage de fiction, sans compter des histoires d’amour pas du tout mièvres et très bien rendues. Dans l’ensemble, une écriture superbe.

critique par Jehanne




* * *