Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rossmore avenue de Vanessa Caffin

Vanessa Caffin
  Rossmore avenue

Rossmore avenue - Vanessa Caffin

Un immeuble bien sympa
Note :

   "La particularité des souvenirs est de s’estomper avec le temps"
   
   Lili vit à Los Angeles depuis 10 ans. Y ayant suivi un amour de passage, elle a finalement adopté cette terre ensoleillée. Elle y a fait son trou et s’est imposée comme la prêtresse du bien être californien. Adepte de la médecine chinoise, elle pratique le shiatsu et son carnet de rendez vous affiche complet malgré des honoraires plus que déraisonnables, une clientèle chicos et friquée y ayant élu domicile.
   
   Elle occupe un appartement au dernier étage d’une petite copropriété de Hollywood, sur Rossmore Avenue. Vaste, bien agencé, elle y a son cabinet. Elle fait figure de doyenne dans l’immeuble, si on exclut la gardienne Cora et Pedro, son époux, qui sont là depuis 40 ans.
   
   Résidence à l’esprit communautaire où chacun s’inquiète du confort de l’autre, il s’y côtoie des individus très différents comme Luke, "jeune peintre à la côte déclinante", "dépressif depuis la fin de son état de grâce", Georges, 70 ans, hanté par le souvenir de sa femme, morte deux ans plus tôt, et qui se console en se consacrant à son idole qui n’est autre que Sylvie Vartan, enfin Jane et Charly, un couple trentenaire, qui passe son temps à se disputer, sans oublier Cora la gardienne qui passe sa vie à nettoyer couloirs, fenêtres et escaliers.
   
   Lily vivait seule "sans doute parce qu’elle n’avait jamais su s’adapter aux règles du dating américain où la fidélité est exclue de toute relation amoureuse. Sans doute aussi parce que ses compagnons ne manquaient jamais de la décevoir". Elle a adopté malgré tout dans sa vie une attitude résolument optimiste. Toujours à l’écoute de ses voisins, elle aide Jane à démasquer l’infidélité de son mari et à lutter contre l’hyper activité de son fils, écoute Cora qui rêve de retourner en Norvège, où elle a le projet d’acquérir un chalet surplombant les fjords, et aide Luke à surmonter son mal de vivre.
   C’est avec bonheur qu’on suit la vie fort sympathique de ce petit immeuble à la communauté hétéroclite… C’est un peu les "Chroniques de San Francisco" revisitées au 21ème siècle. C’est frais et léger tout en restant profond et cela se lit en une soirée. Un roman sur l’amour, la solitude, le quotidien. Si vous l’aimez vous aimerez aussi " 44 Scotland Street" de Alexander Mc Call Smith. Pour ma part j’adore ces histoires qui se passent dans un immeuble, où chaque voisin est légèrement pour ne pas dire complètement caricaturé pour notre plus grand plaisir de lecteur. On s’amuse à épier leurs faits et gestes, à observer les idylles ou amitiés qui ne manqueront pas de se nouer et à se dire que la solidarité, c’est aussi dans la vie de tous les jours!

critique par Éléonore W.




* * *