Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'homme de septembre de Francis Dannemark

Francis Dannemark
  L'homme de septembre
  La longue promenade avec un cheval mort
  Choses qu'on dit la nuit entre deux villes
  Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver
  Les petites voix
  La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis
  Histoire d'Alice qui ne pensait jamais à rien (et de tous ses maris, plus un)
  Aux Anges
  Soren disparu

Francis Dannemark est un écrivain belge francophone né en 1955.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

L'homme de septembre - Francis Dannemark

Ces jours dorés de fin d'été...
Note :

   En ces temps de canicule estivale, Philippe a renoncé à partir en vacances et s'est contenté d'échanger son appartement surchauffé du centre-ville pour la maison et le jardin ombragé d'un couple d'amis partis en voyage. Sa fille est partie passer quelques semaines au Canada, auprès de sa mère. Et la maison d'édition qui l'emploie est au bord du gouffre financier.
   
   Un homme solitaire dans une maison étrangère, et toutes les ficelles, trucs et astuces à sa disposition pour éviter de penser à sa solitude et à l'incertitude sur ce que lui réservent les premiers jours de septembre. A partir de ce sujet ténu, l'ironie tendre, la mélancolie douce-amère de Francis Dannemark font tout simplement merveille, captant les jeux de lumière dans les feuillages, la langueur qui s'empare du lecteur dans la chaleur du début de l'après-midi le faisant piquer du nez entre les pages de son livre, les 1001 petits riens de ces jours dorés de fin d'été, ces jours d'avant un nouveau commencement.
   
   Un très beau texte rehaussé par des dessins de Chris De Becker, croquis spontanés comme autant de clins d'oeil, et par de magnifiques photos d'Yves Fonck, tout entières baignées d'une lumière chaude et dorée.
   
   "Et n'oubliez pas que l'homme de septembre n'est pas l'homme du mois d'août..."
   
   Extrait:
   
   'Palais des glaces mais pas ça, pas l'été, pas l'été...' Une petite voix dans un pli froissé de son esprit répétait ces mots comme ceux d'une chanson qui s'entête à revenir bien qu'on ne l'ait pas invitée. Il s'appelait Philippe. Depuis presqu'un demi-siècle. Mais comme tous les matins, à la frontière exacte du sommeil et du réveil, il n'en savait rien, il n'était pas différent des personnages qui peuplent les rêves, pas différent des humains déterminés ou fragiles qui l'avaient précédé, hommes et femmes vaguement perdus, résolument tendres ou passionnés, distraits, effacés ou lumineux, étonnés de vivre ou vivant par la force des choses, il ne savait rien, il pressentait simplement qu'il allait falloir revenir dans ce corps qui avait mal au dos, et ouvrir les yeux, et se lever. [Incipit]

critique par Fée Carabine




* * *