Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Marchand de Lodz et autres récits de Adolf Rudnicki

Adolf Rudnicki
  Le Marchand de Lodz et autres récits

Le Marchand de Lodz et autres récits - Adolf Rudnicki

Histoires du ghetto
Note :

   Cette édition chez Sillages (2010) est la version abrégée du recueil paru autrefois chez Gallimard (1969)
   
   
   Le thème des relations entre Polonais et Juifs est l'un des fils conducteurs de ces récits d'un auteur qui a vécu sur place la période dont il parle. Ces témoignages contribuent à notre connaissance de la "shoah" depuis l'intérieur de ces villes où les Juifs étaient plus nombreux qu'ailleurs en Europe.
   
   En tête du volume, "Le Marchand de Lodz" évoque l'histoire de Mordche Chaim Rumkowski que les nazis ont nommé à la tête du ghetto de Lodz, officiellement décrété le 8 février 1940. La ville, en dehors du Gouvernement Général de Pologne, voit affluer de force des juifs déportés de plusieurs régions, y compris du Tyrol, et des Tziganes. Rumkowski s'est persuadé d'obtenir les faveurs des Allemands, alors que ceux-ci sont satisfaits de sa servilité à leur égard et de la poigne avec laquelle il exploite les esclaves de son domaine entouré de barbelés. La famine et l'horreur s'y installent. Les "transferts vers l'Est" vident le ghetto. Rumkowski, qu'un geôlier surnomme "le roi des Juifs" rejoindra Auschwitz à son tour mais "dans une voiture-salon."
   
   Deuxième récit, "Le grand Stéphane Konecki" s'inspire de la vie d'un poète juif polonais vivant à Lvov. Après la campagne de Pologne, le narrateur, double de l'auteur, rejoint l'Ukraine soviétique où il est temporairement hébergé par Konecki. Avec son passeport en règle et son allure de blond aryen aux yeux bleus, le narrateur va à peu près où il veut. Au retour d'une mission au ghetto de Varsovie, en relation avec un réseau d'aide, il est de retour à Lvov au moment où le poète est arrêté comme juif par un milicien ukrainien.
   
   Le troisième récit, "Régina Borbowska", revient sur le ghetto de Varsovie où le jeune Emanuel est témoin de l'horreur. Il réussit à s'enfuir d'un convoi en route vers un camp d'extermination; il est recueilli et caché par un paysan. Après la guerre il devient l'un des architectes qui reconstruisent Varsovie, et épouse Kasia, une dynamique militante communiste. Régina Borbowska, qui vit dans la déploration et la nostalgie de la vie juive d'avant 1940, vient lui parler de son fils décidé à épouser une non-juive.

critique par Mapero




* * *