Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cache-Cache de W. Wilkie Collins

W. Wilkie Collins
  Une belle canaille
  La dame en blanc
  La Pierre de lune
  Basil
  L'hôtel hanté
  Secret absolu
  Le secret
  Profondeurs glacées
  Sans Nom
  Voie sans issue
  Cache-Cache
  Iolani, ou les maléfices de Tahiti
  En quête du rien
  La robe noire
  Monkton le Fou
  Je dis non!
  Pauvre Miss Finch
  Seule contre la Loi

Wilkie Collins (1824-1889) était le beau-frère de Charles Dickens. Il est considéré comme le premier auteur de detective novel (roman policier).
On trouve une des nouvelles de W. Collins dans le recueil "Les Fantômes des Victoriens" .

Cache-Cache - W. Wilkie Collins

Un bon gros roman à l'ancienne
Note :

    "A une heure moins le quart, par un pluvieux dimanche après-midi de novembre 1837, Samuel Snoxell, garçon de courses chez M. Zachary Thorpe, de Baregrove Square, Londres, franchit le portail avec trois parapluies sous le bras, afin de rejoindre ses maîtres devant le porche de l’église à la fin de l’office matinal."
   Ainsi commence de façon délicieusement précise et dix-neuvième siècle cette histoire de jeune fille séduite et abandonnée enceinte puis chassée de chez elle par une famille outragée, laissée sans argent, sans soutien, sans protection d’aucune sorte. Elle est recueillie au bord d’un chemin par une âme charitable, la femme d’un clown de cirque qui allaite et sauve ainsi son nouveau-né mais elle meurt peu après dans l’anonymat complet non sans avoir confié à sa protectrice un précieux bracelet de cheveux qui sera d’une importance extrême à la fin du roman. 
   
   L’histoire tourne ensuite autour du mystère de la naissance de cette petite fille Mary ou Madonna, élevée au cirque où elle devient écuyère mais qu’un accident a rendue sourde et muette.
   Plus tard, elle sera recueillie par Mr Valentin Blyth, un fils de bonne famille qui consacre sa vie à la peinture et à sa femme malade.
   Un autre personnage important est Zack, un enfant turbulent élevé sévèrement par un père trop rigoureux qui le chasse lui aussi de chez lui après une ultime sottise. 
   Zack se rapproche de Valentin pour devenir peintre à son tour. Il rencontre la jeune Madonna et devient son grand ami. 
   Enfin il faut parler de Mat, le  dernier héros de l’histoire, un singulier colosse de retour en Angleterre après vingt ans passés avec les Indiens d’Amérique dont il a adopté les coutumes. Il devient l’ami de Zak, rencontre Madonna, se trouble en constatant sa ressemblance avec sa sœur chérie disparue. 
   Mat, représente le désir de vengeance, celui qui cherche à tout prix la vérité et qui la trouvera mais trop tard quand rien ne peut plus changer vraiment. 
   
   C’est un roman d’un autre temps, à la Dickens, tout à fait dans l’esprit des feuilletons d’autrefois, avec leurs qualités et leurs défauts. Des descriptions et des explications qui se prolongent mais aussi des personnages très forts, entourés de mystères et de secrets, bardés de certitudes, de valeurs ancestrales, de convictions religieuses et de réflexions morales. Les hommes décident, les femmes subissent! Nous sommes très proches de tous ces clichés avec ce bon gros roman.
   
   Il n’empêche, j’ai aimé le lire, comme un retour aux sources vers une nourriture consistante, loin des bluettes et des récits d’aujourd’hui si brefs, si légers, si vite oubliés! 
   Quant au style, on le connaît bien!
   "Voilà les mots simples qui reflétaient inconsciemment la grandeur d’âme de l’homme. C’est ainsi que les deux amis retournèrent ensemble au pays. L’homme aux mille et une errances demeura auprès des amis qui l’aimaient tant et il n’erra plus jamais."

    
   Ce roman, le troisième écrit par l’auteur, paraît en 1854, au moment de la guerre de Crimée, ce qui explique l’indifférence des lecteurs, selon Collins dans sa préface. Il le remanie par la suite, en l’abrégeant et en améliorant la fin et le republie sept ans après, en 1861.
   
   
   Titre original : Hyde and Seek

critique par Mango




* * *