Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

V comme: Polina de Bastien Vivès

Bastien Vivès
  V comme: Polina
  V comme: Le goût du chlore
  V comme: La Grande Odalisque

V comme: Polina - Bastien Vivès

Le mythe de la danse
Note :

   "Il faut être souple si vous voulez espérer un jour devenir danseuse. Si vous n'êtes pas souple à six ans, vous le serez encore moins à seize ans. La souplesse et la grâce ne s'apprennent pas. C'est un don. Suivante..."
   Et pourtant Polina va intégrer la prestigieuse école Bojinski et vivre avec intensité sa passion pour la danse.
   Evidemment, dit comme cela, on se demande s'il ne va pas s'agir d'une ressucée version BD d'un roman d'Anne-Marie Pol. Mais dois-je l'avouer, j'ai adoré les romans d'Anne-Marie Pol fut un temps. Surtout "Le sang des étoiles" tiens, que j'ai lu, relu, rerelu, rererelu avec enthousiasme. Même si je n'aimais pas danser.
   
   Mais revenons à nos moutons. Enfin, à Polina. Autant attaquer tout de suite, cette BD est un petit bijou, tant en terme de scénario que de dessin. Car Bastien Viviès retrace avec sensibilité et crédibilité le parcours d'une enfant puis d'une jeune femme dont la vie tourne autour de la danse, qui s'y perd, s'y retrouve, la fuit, y revient. On la suit dans sa relation à son maître, dans sa découverte progressive qu'il est possible de danser autrement, dans sa vie d'une certaine manière en dehors de la vie au sein d'écoles et de troupes. Avec en filigrane une réflexion sur l'exigence, la discipline que requiert la danse, discipline indispensable qu'il faut néanmoins dépasser pour que la technique devienne art. Le tout est servi par un dessin au trait épais, tout de noir et de gris qui parvient pourtant à se faire léger, à traduire le mouvement, la souffrance, les émotions de Polina et de ceux qui l'entourent.
   
   Une très belle réussite!
   ↓

critique par Chiffonnette




* * *



Une vie de danseuse
Note :

   Polina est une jeune danseuse russe dont nous suivons l'évolution de l'enfance à la trentaine. Ce qui est exploré ici, c'est surtout la relation maître-élève. Polina doit intégrer le cours de Bojinsky, craint de tous pour sa dureté. Il lui donne des cours particuliers, Polina court d'un endroit à l'autre, travaille avec acharnement. La petite fille grandit, est attirée par d'autres formes de danse.
   
   Elle se dégagera un beau jour de Bojinsky, pour vivre la danse autrement. C'est à l'âge adulte, lorsqu'elle sera reconnue et célèbre qu'elle se rendra compte de tout ce que Bojinsky lui a inculqué, qui l'accompagne et la porte.
   
   Le quotidien de labeur des danseuses, les rivalités, les premières amours, les déceptions, les blessures, la fatigue, le dépassement de soi, tout cela est évoqué. J'ai par contre été frappée par l'absence du monde extérieur, notamment de la famille. On dirait que le monde de la danse est une bulle dont on ne sort pas.
   
   Le dessin est en noir et blanc, le trait assez épais au départ, je n'ai pas vraiment été séduite. J'ai trouvé que l'histoire était un peu survolée, on passe rapidement d'une étape à une autre. Si c'est une lecture agréable, ce n'est pas un coup de cœur.

critique par Aifelle




* * *