Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

C comme: Tout seul de Christophe Chabouté

Christophe Chabouté
  C comme: Un peu de bois et d'acier
  C comme: Tout seul
  C comme: Purgatoire
  C comme: La Bête
  C comme: Pleine lune
  C comme: Construire un feu

Christophe Chabouté est un auteur et dessinateur de bande dessinée français né en 1967.

C comme: Tout seul - Christophe Chabouté

Histoire (presque) sans paroles
Note :

   Tout seul est surnommé ainsi parce qu'il vit donc, tout seul, dans un phare en pleine mer. Un pêcheur du coin l'approvisionne en denrées, hebdomadairement. Personne d'autre que lui ne sait qu'il vit là sauf son second, lequel est très intrigué par ce bonhomme, Tout seul, que personne ne voit jamais.
   
   J'aime beaucoup les BD de Chabouté. Il pousse ici très loin ce qu'il fait un peu d'habitude: l'absence de dialogue. Je n'ai pas compté les mots échangés dans les phylactères (les bulles de BD, ça c'est mon côté intello!), mais on pourrait presque les dénombrer sur les doigts des mains (j'exagère un peu), pour un livre de plus de 300 pages (au format plus réduit qu'une BD traditionnelle)! Eh bien, ça marche.
   
   Chabouté dessine la solitude, les questionnements comme on lirait de longues descriptions dans un livre écrit. C'est formidable de justesse, de simplicité. On passe en tant que lecteur (?) de la curiosité à la compassion, jamais à la pitié. L'atmosphère est moins pesante que dans les précédents recueils de Chabouté, on sent qu'il a de la tendresse pour ses personnages et qu'il connait et aime particulièrement la mer et ses environs.
   ↓

critique par Yv




* * *



Chabouté éveille notre imagination
Note :

   "Tout seul", bande dessinée de Chabouté, est un petit bijou d'émotion, de poésie, de beauté, de tendresse, d'espoir... Si vous n'avez pas encore lu cette BD, faites-le vite! Et si vous ne deviez en lire qu'une dans votre vie, que ce soit celle-là!
   
   Cet album est presque sans paroles, les personnages qui y vivent sont soit des marins taciturnes, soit un solitaire, séparé de la civilisation, prisonnier volontaire dans un phare en pleine mer. Le dessin en noir et blanc, jouant sur le lumières de la nuit et du jour, prend alors toute son importance, c'est lui qui raconte tout ce qui n'est pas dit, c'est pourquoi il faut être attentif aux moindres détails, et il est fantastique. Les variations des points de vue nous permet une approche toujours renouvelée de l'histoire. Nous sommes oiseaux et nous nous laissons porter par le vent pour nous poser sur la lanterne du phare, poisson dans un bocal nous contemplons la solitude d'un autre être, solitude qui n'a d'égale que la nôtre, marin, nous essayons de percer le mystère du phare...
   
   A cela s'ajoutent les variations des cadrages, d'un gros plan qui éveille en nous la curiosité à un plan d'ensemble qui nous révèle la réalité… Le dessinateur joue ainsi sur le mystère, éveille notre imagination. Chabouté suggère aussi le mouvement par le procédé cinématographique d'un plan fixe qui permet de voir s'éloigner le bateau ou au contraire de le voir se rapprocher, venant droit sur nous, pour créer l'impression de durée dans le temps. Car l'histoire a un rythme, celui de la lenteur, de l'égalité des jours qui se traînent et se ressemblent, sauf quand survient un évènement, quand il y a irruption de la vie dans le quotidien.
   
   Et puis il y a la poésie de l'image et du sens. On y voit l'importance des mots qui peuvent aider à vivre, enflamment l'imagination, permettent de se projeter dans un autre univers et d'oublier un instant les souffrances du présent. Mais l'on apprend aussi que l'imagination ne suffit pas et que vivre c'est aussi se confronter au réel. Le monde a, en soi, tant de beautés dépassant l'imagination qu'il faut aller au devant de lui, même si cela requiert force et courage. C'est la belle leçon de cet album qui, pour recéler des trésors d'émotion, est cependant sobre et pudique comme le sont les personnages. Car le livre est une belle histoire de solidarité et d'humanité. Aussi bourru soit-il le capitaine est un homme profondément honnête et généreux, quant au marin, c'est lui qui va détenir la clef de la liberté et ouvrir la porte au reclus pour une nouvelle naissance.

critique par Claudialucia




* * *