Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'idiot du village : Fantaisie romanesque de Patrick Rambaud

Patrick Rambaud
  L'idiot du village : Fantaisie romanesque
  Chronique du règne de Nicolas 1er
  Troisième chronique du règne de Nicolas Ier
  La bataille
  Deuxième chronique du règne de Nicolas Ier
  Quatrième chronique du règne de Nicolas Ier
  Cinquième chronique du règne de Nicolas Ier
  Tombeau de Nicolas Ier et avènement de François IV
  Le Maître

Patrick Rambaud, né à Paris le 21 avril 19461 est un écrivain français né en 1946.
Il a obtenu, en 1997, le Prix Goncourt ainsi que le Grand prix du roman de l'Académie française pour "La Bataille".
Il a été élu membre de l'Académie Goncourt en 2008

L'idiot du village : Fantaisie romanesque - Patrick Rambaud

Voyage dans le temps sans enthousiasme
Note :

   Séduite par le sujet bien que souvent exploité déjà, j’ai hélas tourné la dernière page assez déçue.
   
   Je reconnais que la mise en place de ce paradoxe temporel s’est faite aisément et sans réelle faille. Je regrette toutefois que cette trop grande partie centrale se languisse par manque de profondeur. Le narrateur ne sait que faire à ce moment des informations qu’il détient sur les événements qui vont se produire et se reconnaît impuissant à toute inflexion du cours du temps. Mais le tout demeure somme toute un survol.
   
   La dernière partie bascule quand même pour aborder, enfin, la moelle de ce livre où le héros va retrouver l’enfant qu’il était jusqu’à prendre sa place, sa peau, à 40 ans passés et tenter de comprendre comment s’est construite sa vie.
   
   Là seulement, le lecteur découvre que cette vie il ne l’a pas aimée et qu’elle s’est bâtie sur un vide où l’ennui, la solitude étaient son quotidien avec la lecture comme seule échappatoire.
   
   Ce voyage dans le temps, dans son propre passé me laisse tout de même sans enthousiasme.
   ↓

critique par Véro




* * *



Et si…
Note :

   Remonter le temps, ça vous dirait ? C’est l’aventure peu ordinaire que va subir le personnage de Patrick Rambaud.
   
   Nous sommes en l’an 2000. Assis à une terrasse de café, notre héros déplie son journal, et s’apprête à décortiquer les nouvelles. D’abord étonné par ce qu’il va y lire, sa surprise sera totale lorsqu’il va s’apercevoir que son quotidien date de 1953. Stupéfié, il ne se laissera pas démonter pour autant et va croire à un canular. Lorsqu’il rentre chez lui et qu’il demande à sa femme de lire le fameux journal, celui-ci a changé de date pour afficher celle du jour. Elle le croit fatigué et son médecin appuie cette hypothèse du fait qu’il se remet d’une mauvaise grippe. Mais bien vite, vont arriver et se succéder d’autres «Flashs», des apparitions étonnantes où le bitume de Paris va laisser place aux pavés, et où les enseignes des vieux magasins de l’époque vont remplacer celle plus modernes de son quartier.
   
   D’abord de courte durée, ces remontées dans le temps vont être plus significatives et notre personnage va devoir accepter son présent qui n’est autre que son passé, celui de ses sept ans… Il va se trouver un travail, se refaire une deuxième vie en attendant de pouvoir réintégrer l’an 2000, mais va également bien vite se rendre compte du pouvoir qu’il détient. Celui de prédire l’avenir puisque le futur n’a pas vraiment de secret pour lui...
   
   Mais lorsqu’il rencontrera par hasard la petite-fille qui deviendra sa femme, une question terrible s’impose à lui… et s’il se rencontrait ?
   
   Histoire cocasse, drôle, parfois émouvante, ce livre met l’accent sur l’envie que peuvent avoir beaucoup d’entre nous, celle de remonter le temps. S’impose alors l’infinie question «et si j’avais… » voire «que ferais-je si? »…Mais bien vite, ce récit nous montre que si les regrets, ceux d’un passé infiniment perdu, ne doivent pas venir gangrener notre quotidien, c’est pour mieux apprécier un présent qui ne l’est que pour un instant.
   
   Un petit livre à lire qui nous fera passer un bon petit moment agréable. Juste au cas où, on ne sait jamais, nous arriverait l’envie de regarder un peu trop en arrière…

critique par Patch




* * *