Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Orages ordinaires de William Boyd

William Boyd
  Le destin de Nathalie X
  La femme sur la plage avec un chien
  Un Anglais sous les tropiques
  A livre ouvert
  La vie aux aguets
  Armadillo
  L'après-midi bleu
  Orages ordinaires
  Solo
  L'Attente de l'Aube
  Les vies multiples d'Amory Clay
  Brazzaville plage
  Nat Tate

William Andrew Murray Boyd est un écrivain britannique né en 1952 au Ghana.

Orages ordinaires - William Boyd

Un polar Boydien
Note :

   Plus polar que roman. Mais roman quand même... Ce n’est pas dans cette configuration un peu polardienne que j’ai senti William Boyd le plus à l’aise. Etant inconditionnel, néanmoins...
   
   Londres, à notre époque, Adam Kindred, jeune climatologue anglais formé aux USA, a décidé de revenir tenter sa chance au pays après un échec sentimental aux USA. Il vient d’arriver à Londres pour passer les entretiens afin d’obtenir le poste d’enseignant universitaire qu’il convoite. Tout se passe bien quand le sort, sous la forme d’un voisin de table au restaurant qui a oublié un dossier après avoir échangé quelques propos avec lui, le met dans une situation des plus inconfortables. Prenant l’initiative de rapporter le dossier à son propriétaire, il va le trouver fraîchement assassiné, lui-même va échapper de peu à la mort. Pour autant il est bien conscient que tout concourra à l’accuser. Il entre donc «en clandestinité», gommant son identité et tout ce qui peut permettre de l’identifier...
   
   « Un poste? s'enquit le Dr Wang, l'oeil sur l'élégant costume d'Adam. Vous êtes dans la finance? 
   Sa supposition semblait trahir une note de désapprobation. 
   Non, un poste universitaire - un poste de recherche - à l'Imperial College, ajouta Adam, se demandant s'il allait ainsi se racheter. Je reviens juste de l'entretien. 
   - Bonne école, dit Wang d'un ton distrait, comme s'il avait la tête ailleurs. Ouais... 
   Puis, se reprenant, il demanda poliment: "Comment ça s'est passé?" 
   Adam haussa les épaules: impossible pour lui de jamais prévoir ces choses. Les trois personnes avec qui il avait eu son entretien - deux hommes et une femme à la tête presque rasée, d'une politesse et d'une formalité touchant à l'absurde, ressemblant si peu à ses ex-collègues américains - n'avaient rien laissé paraître. 
   Imperial College. Vous êtes donc un scientifique, dit Wang. Moi aussi. C'est quoi, votre domaine? 
   - La climatologie. Et le vôtre?" 
   Wang réfléchit un instant comme s'il n'était pas sûr de la réponse. 
   L'immunologie, je suppose, oui... ou on pourrait prétendre que je suis un allergologue, dit-il. 
   Puis, avec un coup d'oeil à sa montre tout juste remise à l'heure, il déclara qu'il lui fallait partir, il avait du travail, des coups de fil à passer. Il régla son addition en espèces, rassembla maladroitement ses papiers, en laissa tomber par terre, se baissa pour les ramasser, en marmonnant dans sa barbe, l'air soudain plus distrait, comme si, son repas à présent terminé, sa vraie vie recommençait avec ses pressions et soucis multiples. Enfin, il se leva et serra la main d'Adam en lui souhaitant bonne chance pour l'obtention du poste. 
   "Je le sens bien, ajouta-t-il, sans la moindre logique, j'ai vraiment une bonne impression là-dessus." 
   Adam terminait son tiramisu quand il remarqua que Wang avait oublié quelque chose sur le siège entre leurs tables: une chemise en plastique avec fermeture à glissière, à moitié dissimulée par le pan de la nappe.»

   
   C’est donc aussi, outre un polar, une réflexion sur la façon dont le phénomène de clochardisation peut apparaître, et un «mode d’emploi». Une réflexion aussi sur la toute-puissance de grosses sociétés; une société pharmaceutique ici. Et puis l’enquête que va mener depuis sa clandestinité Adam Kindred et qui mettra au jour les sombres agissements d’intervenants économiques, d’hommes du pouvoir... Argent, quand tu nous tiens!
   
   William Boyd nous démontre une fois encore que Londres, il connait. Il y a peut-être moins de recul que dans certains autres de ses romans mais ça reste très recommandable.
    ↓

critique par Tistou




* * *



Foudroyant !
Note :

   Le roman de William Boyd "Orages ordinaires" débute comme un film de Hitchcock et, pour être plus précise, comme "La mort aux trousses" où l'on voit Cary Grant au siège des Nations-Unis saisir le couteau qu'un tueur vient de planter dans le dos de son interlocuteur et être ainsi convaincu de meurtre devant des milliers de personnes. Adam Krinder, en effet, climatologue distingué, vient à Londres passer un entretien pour un poste de recherche à l'Imperial collège de Londres. Dans un restaurant, il fait la connaissance du docteur Wang qui, en prenant congé de lui, oublie un dossier. Adam le lui rapporte à son hôtel mais quand il entre dans la chambre du docteur, après avoir donné son nom à l'accueil, il trouve l'homme poignardé. Pris de panique il saisit le couteau, se couvre de sang, s'essuie les mains sur le couvre-lit, bref! signe le crime qu'il n'a pas commis. Enfin, prenant conscience que l'assassin est toujours dans l'appartement, il s'enfuit avec le dossier. Il sera désormais recherché par la police mais aussi par le tueur et ses commanditaires. Mais qui sont ces hommes tout puissants qui sont à ses trousses et pour quelle raison tiennent-ils autant à le retrouver?
   
   La comparaison avec le film de Hitchcock s'arrête là. Alors que Cary Grant va se lancer dans une course qui lui fera traverser les Etats-Unis d'Est en Ouest, toujours séduisant dans son costume sorti des mains des plus grands tailleurs, Adam Krinder, lui, se sachant incapable de prouver son innocence, va s'attacher à disparaître et pour cela se terrer dans les bas-fonds de Londres. Cette vision de la grande ville de Londres dans ce qu'elle a de noir, de nébuleux, de malfaisant est une des grandes réussites du roman. Déchéance, privations, manque d'hygiène, logis sordides, violence sont le lot quotidien des exclus de la société, des SDF, des immigrés clandestins, des prostituées. On a l'impression que rien n'a vraiment changé depuis le XIX ème siècle où les écrivains comme Dickens, Victor Hugo, Eugène Sue nous amenaient visiter l'envers du décor, de Londres ou de Paris, celui où seuls les plus forts, les plus rusés, parviennent à survivre. Et la vie du petit Lyon, fils de la prostituée Musha, n'est pas moins miséreuse que celle du petit Olivier Twist.
   
   Le roman fonctionne sur le suspense et l'on peut dire qu'il est réussi et que nous suivons avec intérêt les péripéties de l'histoire, les dangers que notre héros doit affronter. Mais il n'est pas que cela. L'analyse psychologique des personnages a une grande importance et le récit prend d'ailleurs un tour particulier. Adam n'est pas un super héros, viril et plein de force, qui fait face physiquement et se bat avec les méchants. Il dépense la plus grande partie de son énergie et de son intelligence à se terrer, à fuir et parfois à recevoir des coups, non à en donner! La force du roman tient à la manière dont William Boyd va nous faire sentir la transformation de la personnalité d'Adam. Peu à peu celui-ci en s'enfonçant dans l'anonymat, abandonne tout ce qu'il était, se dépouille de son Moi profond, perd son identité. Il est un autre! Et cela ne peut aller sans quelque ravage psychologique. Adam Kinder sait et nous aussi, lecteurs, que même s'il peut porter à nouveau son véritable nom au grand jour, il ne sera jamais plus le même.
   
   Le livre est assez noir mais il n'est pas dépourvu par moments d'un certain humour... noir lui aussi, par exemple lors de la visite à l'église de Saint John Christ. Il est éclairé aussi d'une lueur d'espoir liée à la rencontre de l'amour dans la personne de Rita qui travaille dans la police fluviale.
   "Il était convaincu que tout irait bien dans cette vie compliquée, difficile, éphémère que nous menons. Mais au moins il avait Rita et c'est tout ce qui importait vraiment : maintenant il avait Rita. Il y aurait toujours ça, supposait-il, ça, le soleil et la mer bleue au-delà."
   

   Le narrateur nous présente tour à tour le récit selon l'angle de personnages différents, ce qui nous permet de connaître le passé, les pensées mais aussi les motivations de chacun et d'avoir une galerie de personnages clefs qui nous font comprendre l'action et les dessous de l'affaire. Car "Orages ordinaires" est aussi une dénonciation de ceux qui, dans notre société, hommes d'affaires "respectables" et puissants, sont prêts à tout pour gagner de l'argent! C'est ce que vous découvrirez en lisant le livre.
   
   Le roman de William Boyd qui doit son titre à un phénomène climatologique en relation avec le métier du personnage principal, est donc un très bon roman que j'ai lu avec plaisir et intérêt.

critique par Claudialucia




* * *