Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Chant des Baleines de Ferdinando Camon

Ferdinando Camon
  Le Chant des Baleines
  La maladie humaine

Le Chant des Baleines - Ferdinando Camon

Psychanalyse à l’italienne
Note :

   Voici une petite comédie à l'italienne par un romancier déjà connu pour "La maladie humaine" consacré à sa psychanalyse. Il remet ça avec "Le Chant des Baleines" et son apparente drôlerie.
   
   Le narrateur — Costante semble-t-il — était amoureux de Mavina et de Marina quand il était à l'université. Lui en sciences. Elles en lettres — une faculté présentée avec humour comme un gynécée. Ses études achevées, le narrateur a donc épousé Mavina et des années plus tard il s'en mord les doigts car elle le "trahit" avec un nouveau psychanalyste. Comme il le confie à Marina qu'il se décide à revoir au bout de vingt ans de mariage, «J'ai l'impression de n'être plus son mari. Elle est en analyse, tu sais.» Et plus précisément: «En bref, c'est comme s'ils venaient dans mon lit et faisaient l'amour entre eux.» En soulevant la lourde métaphore, on trouve le fond du problème: la question du secret intime entre le mari et la femme. En allant chez le psy, Mavina lui livre le secret de son intimité. C'est la perte de ce secret que met en scène le narrateur irrité. «Elle fait sonner son réveil en pleine nuit pour noter ses rêves.»
   
   Il faut dire que la comédie est amplifiée par le portrait du psychanalyste dès la première partie de ce petit roman ironique. Un première partie qui vaut le détour à elle seule comme on dit dans les guides. Le dottore est un autrichien; il a exercé en Californie et gardé un lourd accent germanique même après son installation dans la péninsule. Il est décrit comme un débile qui fait des tests stupides comme le test de la chaise. Il faut dire aussi que le narrateur se retrouve chez le psychanalyste en famille: sa femme l'a fortement invité à venir assister à une séance, en compagnie des enfants. On atteint là le farcesque.
   
   En somme, si on n'accepte pas de rire de la faculté des lettres et de la psychanalyse, il est urgent de s'abstenir de cette lecture. Quant au "chant des baleines" c'est seulement un souvenir de voyage de Mavina dans le Pacifique, sans son mari. Oui, seulement un souvenir de voyage: comme le lustre japonais dans la chambre de… Marina.
   ↓

critique par Mapero




* * *



L’important c’est le secret
Note :

   Un homme avoue d’emblée qu’il a trompé sa femme Mavina avec l’ancienne meilleure amie de cette dernière, Marina. Sans remords, il souhaite nous expliquer ce qui l’a poussé à cette infidélité qu’il considère moins grave en rapport à l’autre type d’infidélité que lui fait sa femme.
   
   Première partie : la famille au complet, poussée par l’épouse, se rend à un rendez-vous avec le psy de madame. Ce dottore d’origine autrichienne, passé par les Etats-unis, est présenté comme bien gratiné. La psychanalyse est bien moquée par le mari. Jugez-en: «La thérapie de courte durée doit son nom au fait qu’elle prend des années, et non des siècles.» P54
   Cet hurluberlu, aux yeux du mari, est celui qui accueille toutes les confidences de madame, jusqu’aux plus intimes. Et c’est là que rien ne va plus pour le mari «trompé». Comment sa femme peut-elle se confier de cette manière? L’analyse d’abord, la vie ensuite. Inacceptable pour le gentil mari qu’il est.
   
   Deuxième partie : réminiscences du passé, rappels de jeunesse, notre homme revient en arrière. Il évoque avec le recul sa rencontre avec sa femme et pense à nouveau à la meilleure amie de cette dernière.
   
   Troisième partie : il rencontre, chez elle, cette ancienne amie…
   
   Le ton est très décalé. C’est écrit avec beaucoup d’humour. L’ensemble est très plaisant et sacrément sarcastique. Pour les amateurs d’univers ironique, un vrai petit livre à déguster.

critique par OB1




* * *