Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Alors, les oiseaux sont partis... de Yachar Kemal

Yachar Kemal
  La légende du Mont Ararat
  Le pilier
  Mèmed le Mince
  Mèmed le faucon
  L'herbe qui ne meurt pas
  La légende des mille taureaux
  Tu écraseras le serpent
  Alors, les oiseaux sont partis...
  Dès 10 ans: Le roi des éléphants et Barbe rouge la fourmi boiteuse
  Salih l'émerveillé
  Entretiens avec Alain Bosquet
  Regarde donc l’Euphrate charrier le sang
  La tempête des gazelles
  Et la mer se fâcha…

AUTEUR DES MOIS D'AVRIL & MAI 2011

 « Yachar Kemal (de son vrai nom Kemal Sağdıkgöğceli) est né en 1922 dans un village de Cilicie, de parents venus de l'Est de la Turquie. Il commence tout enfant à improviser des chants à l'imitation des chanteurs ambulants d'Anatolie, et c'est pour être capable d'en garder la mémoire qu'il décide d'apprendre à lire et à écrire. Il ne peut cependant poursuivre ses études au-delà de la seconde année d'école secondaire. Il fait alors divers métiers: ouvrier d'usine ou agricole, employé du gaz ou écrivain public...

Soupçonné d'activités subversives il est arrêté en 1950 et acquitté après un an de prison, mais ne cesse d’être persécuté par la police. Il gagne alors Istanbul, prend son actuel pseudonyme et devient journaliste au "Cumhuriyet".

Il publie en 1952 un recueil de nouvelles, puis en 1955 le premier Mémed qui devient immédiatement un immense succès.
(Source l'éditeur)


Il meurt en 2015, à l'âge de 92 ans.

Son œuvre, comptant de nombreux titres, est traduite dans la plupart des langues et lui a valu de nombreux prix.

Alors, les oiseaux sont partis... - Yachar Kemal

Cages sur la Corne d'Or
Note :

    On a déjà vu cette pratique classique dans bien des pays: le touriste paie pour délivrer des oiseaux qui mourront de faiblesse ou regagneront leurs cages. Yachar Kemal, le grand écrivain turc,a publié en 78 ce court roman dont l'action s'étend sur une durée restreinte. En ce sens "Alors,les oiseaux sont partis..." s'apparente à l'art de la nouvelle, quelques adolescents turbulents, un "oncle" sentimental en qui on peut voir sans risque Yachar Kemal, la tentaculaire Istamboul, plus celle des quartiers modestes que de Topkapi. Ces trois miséreux piègent les passereaux du Bosphore,comme des centaines d'autres, un moyen de survie peut-être dans la multitude byzantine. C'est étonnant comme l'adjectif byzantin s'est dissocié de la réalité stambouliote, jusqu'à une réelle antinomie. Peu de véritable mouvement dans "Alors,les oiseaux sont partis..." mais...des points de suspension.
   
      Des points de suspension qui laissent la part belle au rêve possible, le rêve de ces gamins moqués et moqueurs, dans cette mégalopole où plus personne ne semble tenté de gagner son paradis à l'aide de quelques livres turques pour offrir à ces oiseaux emprisonnés l'air libre de ces deux continents. Indifférence et incompréhension parmi le petit peuple de Constantinople, sentiment de dérision et d'impuissance. Comme une main semble avoir du mal à s'ouvrir. Le beau récit modeste et déjà ancien de Yachar Kemal peut être un accès à son œuvre, importante et par exemple à "Regarde donc l'Euphrate charrier le sang",déjà chroniqué ici. Lecture/Ecriture a fait de Yachar Kemal son écrivain du mois. Bonne idée.
    ↓

critique par Eeguab




* * *



A la croisée des mondes
Note :

   Pour ma première prise de contact avec cet écrivain turc très prolifique, j’ai choisi ce roman au titre prometteur: "Alors les oiseaux sont partis"… Cet intitulé me semblait susciter une inspiration poétique qui annonçait du Bon… En effet, ce récit de Yachar Kemal ouvre un horizon métaphorique assez large. Au prétexte de nous conter la quête pour survivre de trois gamins déshérités, l’écrivain emmène ses lecteurs sur une bande de terre isolée, à l’écart de la grande Cité d’Istanbul, pour mieux illustrer le combat de son pays entre tradition et modernité (même si l’ouvrage date de 1978), à la frontière ténue du choix des valeurs de ce peuple en permanente mutation. .
   
   À travers le regard quelque peu hostile de Tougroul, dont nous ne savons rien, nous sommes amenés à observer le campement sauvage de trois gamins débrouillard et démunis. Le narrateur se situe lui-même en observateur attentif de ces différents groupes, ce qui nous conduit à attendre la confrontation.
   
   En réalité, l’attention se reporte rapidement sur ce groupe des trois enfants venus d’un village lointain, pour chasser les innombrables oiseaux qui ne vont pas manquer de faire halte sur le Plan de Florya au cours des migrations de Septembre. Répondant à une tradition en voie d’oubli, les trois enfants collectionnent leurs petites proies vivantes dans de grandes cages afin de les revendre aux croyants des différentes communautés d’Istanbul. Les acheteurs de ces oiseaux les relâcheront en prononçant un vœu pour s’assurer un bon accueil au paradis.
   
   De ces trois enfants, nous ne saurons jamais grand-chose, si ce n’est qu’ils appartiennent à cette foule d’enfants d’origine très pauvre, obligés de développer très tôt toutes les stratégies de survie possibles. Ils vivent au jour le jour, et comptent beaucoup sur leur chasse pour acquérir les quelques sous qui leur permettraient de se construire un avenir plus sûr… Ou réparer quelques vilenies accomplies par nécessité. Ils ne sont pas voyous par plaisir, mais à chaque ligne, nous les percevons désillusionnés, habités d’une colère sans objet précis, de simples insurgés de la misère.
   Alors, au fur et à mesure qu’arrivent les oiseaux, ils tendent leurs pièges, remplissent les cages et se racontent qu’ils vivront mieux demain… Quand ils vendront enfin leurs oiseaux aux habitants de la ville…
   
   Seulement voilà, la piété a déserté la Cité. Plus personne ne veut dépenser quelques sous pour acheter un oiseau messager… Plus personne ne croit à ces superstitions d’un autre âge… Les oiseaux s’entassent dans les cages et vont mourir…
   Alors, avant que le désespoir ne les pousse à tuer eux-mêmes leurs prisonniers, le narrateur vient offrir son aide aux trois gamins révoltés. …
   
   Ce récit simplissime nous offre une halte intemporelle dans la course du temps. Nous sommes à la croisée des mondes, entre les activités, le bruit, les agitations stériles de la vie moderne et les traditions en apparence cruelles issues du passé. Mais où se niche la véritable cruauté? Les enfants du campement ne peuvent percevoir la barbarie de leur chasse, tant leurs destins sont enracinés dans le filet des traditions anciennes et ils ne possèdent pas les outils pour s’en affranchir. Ils ne peuvent imaginer d’autres solutions pour gagner ces quelques sous.
   
   C’est donc une sorte de photographie verbale que nous propose Yachar Kemal. De cette lutte sans espoir que mènent Sémih, Souleyman et Hayri, l’écrivain ne tire aucune morale… Il ouvre nos yeux sur ces chasseurs d’oiseaux piégés à leurs rets comme une population accrochée à ses illusions. Yachar Kemal choisit cette métaphore pour tenter d’éveiller ses compatriotes à leurs contradictions, à leur perte d’identité également. J’ai abordé ce récit non comme un roman au sens du développement d’une intrigue, mais comme une lente mélopée ancienne, illustrant l’intemporalité de cette lagune couverte de cardères. Tant que les oiseaux y feront halte, le peuple turc s’y reconnaîtra… Mais si les oiseaux désertent les cardères…

critique par Gouttesdo




* * *