Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le livre des fuites de Jean-Marie Gustave Le Clézio

Jean-Marie Gustave Le Clézio
  Le rêve mexicain ou la pensée interrompue
  L'Africain
  Cœur brûle et autres romances
  Le livre des fuites
  La quarantaine
  Gens des nuages
  Sirandanes
  Ailleurs
  Etoile errante
  Ritournelle de la faim
  Raga, approche du continent invisible
  Dès 08 ans: Voyage au pays des arbres
  Diego et Frida
  Ourania
  La Ronde et autres faits divers
  Poisson d’or
  Désert
  Onitsha
  Ados: Lullaby
  Tempête
  Le Déluge
  Bitna, sous le ciel de Séoul

AUTEUR DU MOIS DE MARS 2006

Jean-Marie Gustave Le Clézio est né à Nice, le 13 Avril 1940, d'une famille bretonne émigrée sur L'île Maurice au XVIII siècle. Ce Docteur en lettres obtint le Prix Renaudot en 1963 avec "Le procès verbal". Il n'a jamais cessé d'écrire et a ainsi produit aujourd'hui près de 40 ouvrages et la source n'est pas tarie. En 1980, il reçut encore le prix Paul Morand pour l'ensemble de son oeuvre.

Prix Nobel de Littérature 2008

En dehors de ses romans, d'inspiration souvent autobiographique ou du moins familiale, voyageur, écrivain, passionné par les civilisations anciennes, il s'est toujours intéressé aux cultures africaines et d'Amérique latine et leur a consacré des témoignages et des essais.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Le livre des fuites - Jean-Marie Gustave Le Clézio

Un jalon sur le chemin d'un écrivain?
Note :

   Le titre: "Le livre des fuites", le sous-titre: "roman d'aventures". Etrange roman qui semble perpétuellement fuir son lecteur. A moins qu'il ne tente de fuir son sujet? Toutes ces aventures humaines qui se déroulent sur cette terre où nous vivons et dont pourtant nous ne savons rien. Publié en 1969, oeuvre de jeunesse, ce "livre des fuites" est décidément un livre très étrange, roman sans histoire et dont le seul personnage, Jeune Homme Hogan, se voit réduit au rôle ténu de fil conducteur, d'un lieu à un autre, de méditation en rêverie, dans un projet romanesque que l'auteur lui-même dépeint en ces termes:
   
    "Mélange de chapitres romancés
   de poèmes. Méditation libre
   (Réflexions, notes, mots clés,
   signaux, journal de bord)
   Attention au carcan, système!" (p. 171)

   
   Un roman expérimental, en somme. L'exploration de nouvelles formes d'écriture. La quête d'une liberté élusive. C'était peut-être une étape nécessaire dans l'élaboration de l'oeuvre que l'on sait. Mais la longue juxtaposition de fragments de bric et de broc a tôt fait de se vider de toute émotion, de toute chaleur et de toute vie, comme si l'auteur refusait de nous donner à ressentir ce qui fait la vie d'un être humain, unique et irremplaçable avec ses joies et ses souffrances, comme s'il voulait fuir et nous faire fuir avec lui ce tissu d'émotions... J'étais bien trop intriguée par ce livre étrange pour m'ennuyer une seule minute, et l'écriture de J.M.G. Le Clézio est, comme toujours, très belle. Mais j'échangerais "Le livre des fuites" sans un instant d'hésitation contre un autre de ses romans, "Désert", "La quarantaine" ou "Poisson d'or", où les ombres ici laissées sans nom retrouvent leurs visages.
   
   Extrait:
   
    "Est-ce que vous pouvez penser à tout ce qui arrive sur la terre, à tous ces secrets rapides, à ces aventures, à ces déroutes, ces signes, ces dessins peints sur le trottoir? Est-ce que vous avez couru à travers ces champs d'herbe, ou bien ces plages? Est-ce que vous avez acheté des oranges avec de l'argent, est-ce que vous avez regardé les taches d'huile en train de se déplacer sur l'eau des bassins des ports? Est-ce que vous avez lu l'heure aux cadrans solaires? Est-ce que vous êtes allé au cinéma, un soir, pour regarder pendant de longues minutes les images d'un film qui s'appelle Nazarin, ou bien La rivière rouge? Est-ce que vous avez mangé de l'iguane en Guyane ou du tigre en Sibérie?" (p. 11)

critique par Fée Carabine




* * *