Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Souffle de l'ogre de Brigitte Aubert

Brigitte Aubert
  Scènes de crime
  Eloge de la phobie
  La danse des illusions
  Une âme de trop
  La mort des bois
  La Mort des neiges
  Le Souffle de l'ogre
  Reflets de sang
  Freaky Fridays
  La ville des serpents d’eau

Brigitte Aubert est un auteur français de romans policiers, née en 1956.

Le Souffle de l'ogre - Brigitte Aubert

Contes à mourir debout
Note :

   Présentation de l'éditeur:
   
   "Sept vient d’échapper à la mort; son père a trucidé tous ses frères et sœurs (sauf Un chétif contrefait, pas intéressant) , qui va vendre leur viande au boucher et leurs cheveux au barbier. Les deux frères se réfugient chez la femme de l’ogre, et s’enfuient de justesse avant de servir d’entremets.
   
   A force de courir le pays, ils rencontrent d’autres fuyards avec qui ils font route. Felipe le Chat, conteur de comptine et sniffeur de coca, qui a fui le château du marquis de Caramba, suite à une histoire de famille compliquée, Blanche que sa belle-mère jalouse recherche pour la tuer.
   
   L’infante déguisée en âne qui a faussé compagnie à son incestueux de père et se déplace avec des livres une carte et une boussole… tous veulent gagner le port et embarquer sur un navire loin de ces contrées troublées où Messire Desfossés et Lord Manor pères respectifs des deux jeunes filles et chefs sanguinaires se livrent une guerre sans merci où succombent les populations civiles… "
   

   
   Un Moyen-Age de fantaisie, des personnages de conte de fées bien connus, mais recréés de façon convaincante.
   
   Plusieurs sont vraiment bons: Felipe le Chat le gentilhomme qui cause en comptines et sniffe de la cocaïne, L’infante déguisée en âne qui fuit son père, avec ses cartes et sa boussole, le héros Sept, plus traditionnel, mais auquel on s’attache.
   
   Travaillé au niveau du vocabulaire ( langage moyenâgeux et invention verbale bien conduits), humour pas trop lourd.
   
   Road-movie, ambiance, roman d’apprentissage, humoristique, parodie de plusieurs contes de fées...
   
   J’ai goûté un exercice de style réussi, et qui tient la longueur (297 pages, on ne s’ennuie pas!)
   
   Ce n’est pas un roman policier ni même un roman noir, en dépit de la collection dans laquelle il est sorti...

critique par Jehanne




* * *