Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Ronde et autres faits divers de Jean-Marie Gustave Le Clézio

Jean-Marie Gustave Le Clézio
  Le rêve mexicain ou la pensée interrompue
  L'Africain
  Cœur brûle et autres romances
  Le livre des fuites
  La quarantaine
  Gens des nuages
  Sirandanes
  Ailleurs
  Etoile errante
  Ritournelle de la faim
  Raga, approche du continent invisible
  Dès 08 ans: Voyage au pays des arbres
  Diego et Frida
  Ourania
  La Ronde et autres faits divers
  Poisson d’or
  Désert
  Onitsha
  Ados: Lullaby
  Tempête
  Le Déluge
  Bitna, sous le ciel de Séoul

AUTEUR DU MOIS DE MARS 2006

Jean-Marie Gustave Le Clézio est né à Nice, le 13 Avril 1940, d'une famille bretonne émigrée sur L'île Maurice au XVIII siècle. Ce Docteur en lettres obtint le Prix Renaudot en 1963 avec "Le procès verbal". Il n'a jamais cessé d'écrire et a ainsi produit aujourd'hui près de 40 ouvrages et la source n'est pas tarie. En 1980, il reçut encore le prix Paul Morand pour l'ensemble de son oeuvre.

Prix Nobel de Littérature 2008

En dehors de ses romans, d'inspiration souvent autobiographique ou du moins familiale, voyageur, écrivain, passionné par les civilisations anciennes, il s'est toujours intéressé aux cultures africaines et d'Amérique latine et leur a consacré des témoignages et des essais.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La Ronde et autres faits divers - Jean-Marie Gustave Le Clézio

Dans le détail
Note :

    Recueil de 11 nouvelles, 11 faits divers, qui se dégustent comme on pique des fruits dans une corbeille. On en a à peine terminé une qu'on se demande où nous emmènera la suivante. Dans l'ensemble, plutôt tragiques, surtout pas à « happy end », mais toujours avec tendresse, amour pour ses personnages.
   
    Du très tragique avec « La ronde », où le jeu de la ronde se termine au plus mal pour l'adolescente concernée, ou encore la nouvelle dans laquelle Le Clézio nous décrit avec pas mal d'années d'avance le phénomène dit des « tournantes », nouvelle des plus effroyables où rien ne nous est épargné par Le Clézio.
   
    Minutie, sens du détail, du décor, souci de la cohérence psychologique de ses personnages : tout y est et le format de ces nouvelles s'accorde parfaitement aux tranches de vie décrites.
    Outre la sensibilité de Le Clézio pour les avanies que peuvent subir femmes ou filles perce également sa compassion, dans un thème fréquent chez lui ; le traumatisme et le mal-être des migrants. De ceux qui quittent leur sol natal, les leurs, pour essayer de trouver de quoi vivre dans nos pays riches.
   
    Une belle réussite avec « Villa Aurore ». C'est le thème de la nostalgie des émotions de l'enfance et des petites trahisons qu'on peut commettre l'âge adulte arrivant.

critique par Tistou




* * *