Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La terre des paysans de Raymond Depardon

Raymond Depardon
  Errance
  La terre des paysans

Ici, un livre sur la Corse réalisé avec Jean-Noël Pancrazi.

La terre des paysans - Raymond Depardon

50 ans de paysannerie française
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Depuis trente ans, le photographe et documentariste Raymond Depardon s’intéresse au monde de la terre et de la paysannerie, dont il est issu. Un livre en forme d’hommage à un univers intemporel, creuset de la société française contemporaine.
   
   Le volume est constitué de 120 photos, avec une courte préface de Raymond Depardon et des légendes reprenant soit des textes de l’auteur, soit des extraits des dialogues des personnages photographiés (tirés de différents films et reportages de l'auteur).
   Il se dégage de l’ensemble, outre la grande qualité des photos, l’impression d’un voyage dans un monde tout proche de nous et extrêmement émouvant."
   

   
   Cloué allongé sur mon canapé pour tout le début d'après-midi, la faute à un lumbago aussi imprévu qu'inopiné -survenu hier-, je feuillette ce livre de photographies, prises pour les premières, par Raymond Depardon enfant, et pour les dernières, tirées de la série de trois films du même Depardon, intitulée "Profils paysans". 50 ans d'hommes et femmes et de paysages ruraux, accompagnés d'un texte expliquant le parcours du photographe et d'extraits des interviews de paysans qu'il a menés.
   
   Les photos sont magnifiques et retranscrivent bien la réalité et la difficulté de la vie paysanne, celle des petits agriculteurs des régions accidentées et les moins peuplées de France (les cinq régions joignant la frontière belge à la frontière espagnole). Avant de parcourir ce livre, j'avais déjà très envie de voir le dernier film de la série, sorti en dvd: "La vie moderne". Maintenant, c'est encore pire, je suis impatient. Je n'attendrai pas le prochain lumbago que j'espère très lointain, voire même irréel.

critique par Yv




* * *