Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ecoute-moi de Margaret Mazzantini

Margaret Mazzantini
  Ecoute-moi
  La mer, le matin
  Antenora

Margaret Mazzantini est une écrivaine italienne née en 1961.

Ecoute-moi - Margaret Mazzantini

Confidences d’une passion ravageuse et culpabilisante
Note :

   Parce que sa fille de quinze ans se trouve entre la vie et la mort dans l’hôpital où il est chirurgien, Timotéo s’abandonne à une longue confession sur son passé qui le hante et dont il n’est jamais parvenu à s’affranchir.
   
   Dans cette insoutenable attente, rongé par sa propre ambivalence et une forte culpabilité, il livre les affres de sa vie dans ce long monologue adressé à sa fille en salle d’opération. Seize ans plus tôt, malgré sa parfaite réussite sociale et sentimentale, il s’est éperdument épris d’une jeune femme, Italia, au physique ingrat et à l’univers fondamentalement opposé. Une passion tumultueuse et dévorante qui exorcisait sans doute une enfance oppressée, vécue auprès d’une mère surprotectrice qui l’a isolé du monde extérieur, lui interdisant même les jeux et les camarades dont il rêvait.
   
   Ainsi, dans cette aventure extraconjugale, il recherchait la moelle du jeune homme téméraire qu’il aurait voulu être et dont il a été frustré. Aller retrouver Italia l’avait rendu totalement dépendant de sa propre lâcheté. C’était uniquement en sa compagnie qu’il se sentait en harmonie avec lui-même alors qu’actuellement il a toujours du mal à s’aimer et qu’il survit malgré le profond désamour de sa personne.
   
   C’est un livre très fort, violent parfois et sombre, écrit avec une plume magnifique qui ne languit pas. Il est vrai qu’une forme d’ambiguïté indéfinissable demeure après la lecture. C’est surtout la vocation de cette liaison qui me rend perplexe même s’il est certain que raison et passion vont rarement de pair. Quant au physique d’Italia, n’est-ce pas celui-là même qui justement a si fortement attiré Timotéo ? Alors ce qui peut effectivement mettre mal à l’aise dans cette histoire, ne serait-ce pas la suspicion d’une instrumentalisation de cette relation ?
   
   Abus ? Passion ? Thérapie ?
   
   Quand je l'ai lu, je n’étais au courant ni de l’immense succès de ce livre en Italie ni de son adaptation au cinéma. Le film “A corps perdus”, réalisé par Sergio Castellitto (époux de l’auteure), est sorti en France en début 2005 avec Pénélope Cruz dans le rôle d’Italia. Surprenant ! Preuve peut-être que son physique décrit dans le roman pouvait être vraiment secondaire.
   ↓

critique par Véro




* * *



Lisez-moi
Note :

   Ce premier livre de Margaret Mazzantini a eu pas mal de retentissement en Italie en 2004. Confession d'un chirurgien de renom que le très grave accident de scooter de sa fille Angela, quinze ans, plonge dans une auto-analyse bouleversante, douloureuse, impudique. Timoteo s'adresse ainsi à sa fille, entre la vie et la mort, comme s'il offrait ses aveux pour le salut d'Angela. "Ecoute-moi" est un roman très fort, certes traversé par un exhibitionnisme qui peut mettre mal à l'aise, mais qui explore les tréfonds de l'âme de cet homme, donc un tout petit peu aussi ceux du lecteur, de tréfonds. Du moins c'est ainsi que je l'ai ressenti. Jusque là la parenthèse dans l'existence de Timoteo, quinze ans plus tôt était restée dans un coin de mémoire, comme entreposée, et je suppose que chacun pourra alors se reconnaître en lui. N'avons-nous pas presque tous comme ça un ou plusieurs épisodes de notre vie, comme enfouis mais prompts à nous sauter à la figure à l'occasion d'un choc comme le coma d'Angela? Non que cet évènement ancien soit forcément honteux ou glorieux, mais tellement inhérent et chevillé corps et âme à notre existence. Nos échecs et nos douleurs nous façonnent plus que nos réussites, plus relatives ou ressenties comme telles en général.
   
    Difficile d'en dire davantage, ce serait trop dire, mais le voyage à l'intérieur de l'âme humaine où nous entraîne Margaret Mazzantini est bouleversant. La rencontre qu'a faite Timoteo il y a quinze ans coïncidait avec la naissance d'Angela. Comment cet homme instruit, cultivé et à l'aise, a-t-il pu s'engloutir dans une relation à première vue incompréhensible? Ce serait ignorer les pas toujours glorieuses incertitudes de l'amour, et les faiblesses, les coups du sort qui guettent les pauvres créatures terrestres que nous sommes. Comme un sentiment de déréliction, de perdition, voire de descente aux enfers flotte au, long de ce beau roman curieusement nommé ici "Ecoute-moi "alors que "Non ti muovere" se traduirait plutôt par "Ne bouge pas". Mais je me dis aussi que pour une bonne écoute il faut rester là, presque sans bouger. C'est à ce prix que l'histoire de Timoteo se révèle comme très proche car à vrai dire Timoteo... c'est moi, ou peut-être vous, enfin nous tous, en ces moments si douloureux qu'il nous faut consentir à dire l'indicible.
   
    Sergio Castellito, acteur réalisateur souvent sensible, et accessoirement époux de Margaret Mazzantini, a adapté le livre. Le film est sorti en France sous le titre "A corps perdu". Je ne l'ai pas vu mais ne suis pas sûr que Penelope Cruz soit le choix idéal pour le rôle d'Italia, qui met la vie de Timoteo sens dessus dessous. Et peut-on aller jusqu'à voir dans le prénom du personnage une métaphore du pays? Questo é il problema.

critique par Eeguab




* * *