Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le capitaine Pamphile de Alexandre Dumas

Alexandre Dumas
  La Dame Pâle
  La reine Margot
  Les Cenci
  Pauline
  Le Comte de Monte-Cristo
  La Dame aux camélias
  La guerre des femmes
  Le capitaine Pamphile
  Les trois mousquetaires
  Le meneur de loups
  La Comtesse de Saint-Géran
  La route de Varennes
  Le Chevalier d'Harmental
  La Volga
  Georges
  Le Sphinx rouge suivi de La Colombe
  Ados: Othon l’archer
  Dès 09 ans: Contes dits deux fois

Alexandre Dumas, (dit aussi Alexandre Dumas père) est un écrivain français né en 1802 et mort en 1870.

Le capitaine Pamphile - Alexandre Dumas

Littérature d'aventure
Note :

   Il en va de la lecture comme du chocolat, chers happy few: j'ai parfois des envies, aussi soudaines que brutales. Il y a quelques jours, l'une d'elle m'a percutée de plein fouet (les envies sont comme ça, wild et mal élevées): "tiens, j'ai envie de lire un roman de Dumas", me suis-je dit en français et en substance (je suis parfaitement bilingue, oui, so what?). Voilà qui tombait bien puisqu'il y avait dans ma PAL (ne me demandez pas quand et comment il est arrivé là, je n'en ai strictement aucune idée)
   
    Le capitaine Pamphile, un des tout premiers romans d'Alexandre (l'amour que je lui porte depuis des années me permet de l'appeler par son prénom, don't be shocked), publié en 1839.
   
   Nous sommes ici loin des romans historiques (et fleuves) qui ont fait la célébrité de Dumas: l'action de ce très court "Capitaine Pamphile" (à peine 250 pages) se déroule en effet entre 1827 et 1830 dans un milieu qui "sonne" résolument contemporain (on y croise de nombreux noms célèbres et réels) et présente deux récits enchâssés (non, Caroline, Stefan n'a pas le monopole de l'enchâssement, j'espère que cette révélation ne te plonge pas dans un abîme de désespoir absolu). En effet, le narrateur, dont nous ne saurons quasiment rien, écoute et retranscrit le récit des aventures du capitaine Pamphile qui lui sont narrées en plusieurs parties au cours de quelques soirées chez le peintre Decamps. Cette construction est ma foi habilement utilisée puisque Jadin, le personnage qui raconte l'histoire de Pamphile, rattache toujours cette dernière aux animaux qui peuplent l'atelier de Decamps: Jacques Ier, le singe ou Tom, l'ours, rapportés par le truculent capitaine provençal de ses multiples voyages.
   
   Commerçant et corsaire, roué et sans scrupule, Pamphile est une figure hors du commun qui n'a pour seul but que son enrichissement personnel. C'est un homme plein de ressources (il faut le voir survivre à tout), dont l'intelligence n'est jamais prise en défaut et ses aventures, pour amorales qu'elles soient n'en sont pas moins truculentes. Dumas se sert de ce personnage finalement sympathique pour dénoncer les travers de la société de son époque: traite des Noirs, massacre des Indiens, course au profit..., le tout dans une histoire pleine de rebondissements et de gaieté, dont certains passages m'ont fait rire aux éclats, tant par leur aspect burlesque que par un côté voltairien assumé.
   
   Excellent.
    ↓

critique par Fashion




* * *



Un roman pour enfants qui s’adresse aux adultes !
Note :

   Se promenant sur les quais de la Mégisserie, le narrateur, qui n’est autre que Dumas, achète au nez et à la barbe d’un touriste britannique une tortue qui était promise à finir en soupe.
   
   Il emmène son acquisition chez lui, mais au bout de quelques jours il se rend compte qu’il ne peut la garder. Il l’a surnommée Gazelle, à cause de sa vélocité, mais il faut la nourrir, de salades et d’escargots. Et surtout la surveiller, un accident est si vite arrivé. Alors il la confie à son ami Descamps, un peintre, qui a déjà recueilli des animaux que l’on ne peut classer dans la catégorie des animaux de salon. Tom, l’ours, Jacques 1er, le singe, et mademoiselle Camargo, la grenouille.
   
   La promiscuité imposée entre ces adoptés n’est guère aisée à assurer mais Descamps ne manque pas de ressources intellectuelles et bon gré mal gré tout ce petit monde va être obligé de cohabiter. Ayant donc confié Gazelle à Descamps, le narrateur promet de revenir le lendemain, deux attractions étant programmées : mademoiselle Camargo doit se restaurer avec un cent de mouches et Jadin doit lire un manuscrit.
   
   Le lendemain, après avoir appris les origines de mademoiselle Camargo, née dans la Plaine Saint-Denis, Tom, originaire du Canada, et Jacques 1er, ainsi nommé car en réalité il avait un frère jumeau dit Jacques 2, qui a vu le jour sur les côtes d’Angola, et accessoirement Gazelle, pêchée dans les marais de Hollande, nous prenons connaissance du manuscrit de Jadin.
   
   Et c’est ainsi que nous faisons la connaissance du capitaine Pamphile, lequel commandant du brick de commerce la Roxelane, traficotait sur toutes les mers, dans tous les ports, parfois en marge de la légalité, et toujours à son bénéfice. Et dans quelles conditions il recueillit le singe Jacques 1er, puis Tom lors de ses différents voyages.
   
   Mais si l’histoire des pérégrinations du capitaine Pamphile se déroule en plusieurs épisodes, lors de soirées organisées par Descamps, nous suivons également les heurs et malheurs de ces animaux qui connaissent des destins différents et souvent dramatiques. Tom, par exemple, qui se retrouve dans un bal masqué est pris pour l’un des invités qui aurait endossé une fourrure afin de mieux se dissimuler aux yeux des convives. Mais lorsque la supercherie est découverte, la panique s’empare des nombreux participants.
   
   Ce roman destiné aux enfants est aussi un regard porté sur de nombreux points sociologiques de l’époque. L’histoire se déroule en septembre 1830 et Dumas était un romancier débutant, puisque sa production littéraire était surtout consacrée au théâtre.
   
   Mais sont mis en valeur les différents maux de la société d’alors, qui se perpétuent de nos jours sous des formes différentes, parfois amplifiées, comme l’esclavage et surtout l’aspect financier, le profit à tout prix, que ce soit le trafic d’ivoire ou l’escroquerie financière internationale. Il s’agit donc d’une critique satirique magnifiée par un humour souvent irrésistible, féroce, montrant des monstres à apparence humaine. Ou des humains monstrueux dans leurs décisions et leurs actes.
   
   Ainsi, en ce qui concerne la chasse raisonnée, le capitaine Pamphile reçoit une leçon de la part de son ami Serpent-Noir, le chef des Hurons :
   "Le Serpent-Noir a tué d’un seul coup tout ce qu’il lui fallait de pigeons pour son souper et celui de sa suite ; un Huron n’est point un homme blanc pour détruire inutilement les créatures du Grand-Esprit."
   

    Alexandre Dumas interpelle parfois son lecteur, et rend hommage à sa sagacité. Toutefois il préfère préciser ce qu’il vient d’écrire.
   "Nos lecteurs sont trop intelligents pour n’avoir pas deviné la cause de la disparition du capitaine Pamphile. Cependant, comme quelques-uns pourraient n’être pas certains du fait, nous donnerons une explication courte et précise à l’usage des esprits paresseux ou ennemis des conjectures."
   

   Dernière petite citation :
   "Tout homme vivant est maître de son bien. Il n’y a que les morts qui n’ont rien à eux."

critique par Oncle Paul




* * *