Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Joueurs de Don DeLillo

Don DeLillo
  Cosmopolis
  Point Omega
  Americana
  Joueurs
  Chien galeux
  Les noms
  Bruit de fond
  Mao II
  Outremonde
  Valparaiso
  Body art
  Cœur-saignant-d'amour
  L'homme qui tombe
  Great Jones Street

AUTEUR DES MOIS DE FEVRIER & MARS 2011

Don DeLillo est né le 20 novembre 1936 et a vécu toute son enfance dans le Bronx, à New York.

Fils d’immigrés italiens, il a reçu une éducation catholique jusqu’à l’université de Fordham. N’ayant pas trouvé de travail dans l’édition à sa sortie des études, il devient concepteur-rédacteur dans une agence de publicité. Il arrête son travail en 1962 non pas dans le but de devenir écrivain mais «pour ne plus travailler» !

Il écrit néanmoins essais, pièces de théâtre, scénarios et surtout plus d’une dizaine de romans. Aujourd’hui, DeLillo est un auteur de renommée internationale et a reçu de grandes distinctions littéraires comme le National Book Award, le PEN/Faulkner Award et le Jerusalem Prize 1999.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Joueurs - Don DeLillo

Rien ne va plus!
Note :

   Elle (Pammy) travaille dans l'une des tours du World Trade Center et lui (Lyle) au Stock Exchange. C'est ce qui m'a décidé à lire ce roman publié aux États-Unis en 1977. Non loin des lumières de Times Square, le spectacle de la misère aurait pu hérisser Lyle contre le règne de l'argent roi malgré son activité professionnelle. « Chaque jour les intouchables étaient dehors, des femmes avec des chariots déglingués, un homme traînant un matelas, des ivrognes ordinaires venus du quartier des entrepôts fluviaux ou des cratères des chantiers au bord de l'Hudson, des va-nu-pieds, des amputés, des toxicos, des hommes qui abandonnaient des groupes endormis dans des caisses à poissons sous l'autoroute, et qui boitaient tout au long des môles et des ruelles, du terrain d'atterrissage des hélicoptères, jusqu'à Broad Street, véritables haillons vivants.»
   
    Mais DeLillo nous dépeint de préférence la vie ordinaire du couple, au travail, ou à dîner avec des amis homosexuels. Pammy et Lyle viennent d'acheter un second téléviseur car ils ne zappent pas à la même vitesse l'un et l'autre. C'est un foyer sans enfant, du type "dink" : "double income no kid", plus fréquent à New York qu'ailleurs à ce qu'on dit. Au Stock Exchange, après avoir été témoin du meurtre d'un nommé George, Lyle a fait la connaissance de Rosemary, une ancienne hôtesse de l'air. Chez elle, dans le séjour, une photographie la montre entre George et son assassin, Vilar, qui est en prison. Rosemary confesse à Lyle ses exploits et lui fait rencontrer le reste de la bande terroriste, constituée des amis de Marina. «Nous avons toujours l'intention de frapper le 11 de Wall Street.» Il se laissera convaincre de faciliter la préparation d'un attentat à la bombe contre le Stock Exchange durant l'été. «Dès l'instant où elle porta les yeux sur son sexe, il sentit le début d'une érection.» Les vacances arrivant, Pammy décide d'aller bronzer. Ses amis Ethan et Jack l'invitent dans le Maine. «S'il fallait qu'elle aille à l'aéroport, eh bien elle irait en limousine, avec des cuissardes, un jean délavé et une casquette de gosse des rues.» Cette mise en scène fait sortir Pammy de son ennui. Les jours et les nuits passent en compagnie d'Ethan et de Jack à regarder les étoiles et à douter ou non des ovni... Et puis Pammy va séduire Jack, ce qui ne manquera pas de le déstabiliser.
   
    Par moments, ce qu'on lit nous échappe — c'est un effet fréquent de l'écriture de Don DeLillo que de nous perdre dans le brouillard. C'est sans doute sa façon, sinon de se moquer du scénario, du moins de relativiser le rôle de l'intrigue. C'est comme recourir à des effets spéciaux, ou à une sorte de flou artistique, comme Leonardo da Vinci pratiquait le "sfumato". Mais ce flou c'est aussi l'effacement des repères moraux, la progression de l'ennui au quotidien, cet ennui qui fait bâiller Pammy quand elle prend l'avion ou l'ascenseur du World Trade Center. Au contraire, «Lyle cultivait la maîtrise de soi.» En réalité une pure convention, une façade; il était lassé de son travail et de sa femme. Ainsi est-il réveillé par la perspective d'une double vie. «Imaginez comme ce doit être sexy pour un brave et loyal homme d'affaires ou un professeur. Quelle extraordinaire excitation pour ses nuits…»
   
    Mais demain que retiendra-t-on de ce roman? Juste qu'on y prépare un attentat contre le centre financier du monde, des années et des années avant le 11 Septembre...? Tout bien considéré, on peut espérer plus, même si ce n'est pas encore "le grand roman américain" après quoi tant de lecteurs courent.
   ↓

critique par Mapero




* * *



Couple moderne?
Note :

   Imaginez-vous tenter de suivre les mouvements d’un petit animal dans une forêt enchevêtrée, un jour de brouillard. Et vous avez oublié vos lunettes!
   
   Il y a un peu de ça dans «Joueurs». Des bouts d’histoires, d’intentions, remisées, reprises mais où on les avait laissées, et puis des considérations annexes, histoire de jeter un voile sur ce qui était déjà compliqué. A l’instar de «Body art», «Joueurs» est court, mais ne se lit pas rapidement.
   
   Pammy et Lyle formeraient, selon la quatrième de couverture, «un couple moderne». Resterait à définir ce qu’est un couple moderne. Là pour le coup on ne sait pas bien. On comprend que ça ne marche pas trop fort entre eux mais comme ils ne sont à peu près jamais ensemble dans le corps du roman…? Ils évoluent chacun vers des issues qui divergent et c’est une fumeuse affaire de terrorisme, au World Trade Center, NY (écrit en 1977, bravo Don DeLillo!), qui va accélérer leur éloignement respectif.
   
   Difficile, difficile de suivre ceci, de rester en phase. J’imagine qu’on doit – ou non – aimer Don DeLillo? Pour ma part, sur ce que j’ai lu de «Joueurs» c’était clairement mal parti! Il a rattrapé le coup avec «Bruits de fond» mais c’est clairement le genre d’auteur dont je vais me méfier. Il y a d’autres auteurs américains largement plus pertinents, me semble-t-il.
   
   Et je ne vous parlerai pas des dialogues, volontairement dans l’autisme et le chacun pour soi. On se lasse.
   
   « Au bout d’un moment, il la rejoignit près des rayonnages de livres.
   Tu as payé le truc de Saks ?
   Non, quel truc ?
   Ils sont là à tirer la langue, dit-il. Ils joignent des billets doux à la facture. Ils t’appellent Chère Madame.
   La semaine prochaine.
   Tu l’as déjà dit.
   Ils attendront.
   Où t’ai-je dit qu’était la pile pour la pendule italienne, quand celle qui est dedans aurait rendu l’âme ?
   Je ne sais pas.
   Tu as déjà oublié ?
   Quelle pile ? Dit-elle. »

   
   Une lecture compliquée au bilan. Pas sûr de son intérêt.

critique par Tistou




* * *