Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La saga Mendelson - t.2 - Les insoumis de Fabrice Colin

Fabrice Colin
  A vos souhaits
  Ados: Memory Park
  La saga Mendelson - t.1 - Les exilés
  Le réveil des dieux
  Ados: Les étranges sœurs Wilcox / 1
  Ados: Projet oXatan
  La saga Mendelson - t.2 - Les insoumis
  Comme des Fantômes
  La poupée de Kafka
  Dès 09 ans: Wonderpark - T1 Libertad - T2 Mégalopolis
  Dès 09 ans: Wonderpark - T4 - Askaran

Fabrice Colin est un écrivain français né en 1972 à Paris.

La saga Mendelson - t.2 - Les insoumis - Fabrice Colin

«Autant apprendre à dompter le vent.»
Note :

   Allez, j'avoue: j'appréhendais un peu de lire le deuxième volume de la saga Mendelson. Peur de ne plus me retrouver parmi les membres de cette famille juive dont le destin est lié aux grands événements de l'Histoire. Peur de de ne pas éprouver le même plaisir qu'au premier tome, l'effet de surprise ayant disparu.
   
   D'emblée Fabrice Colin pare au premier souci en rafraîchissant notre mémoire par un résumé d'une page et par un arbre généalogique très clair. Ouf, nous voilà remis le pied à l'étrier et, munis de ce précieux viatique, nous entamons le sourire aux lèvres notre lecture de ce tome qui court à toute allure de 1930 à 1965.
   
   On retrouve avec plaisir les personnages familiers, on s'attache à ceux qui ont grandi. Le mystère et l'émotion sont au rendez-vous, l'auteur jouant avec nos nerfs, nous alléchant avec des révélations qui ne deviendront effectives que dans le troisième volume. De l'art de ferrer ses lecteurs!
   
   La tonalité est peut être plus sombre que dans le premier volume, voire plus dérangeante. Ainsi cette visite du ghetto de Theresien dont l’atmosphère trouble ne peut que mettre mal à l'aise le lecteur, surtout s'il est jeune, mais incite à la réflexion, voire à l'approfondissement.
   
   Fabrice Colin est un conteur émérite, variant les types d'écrits (journal intime, entretiens, fac similés de documents...) et la lecture des Insoumis se fait d'une traite, on se retrouve à la fin un peu groggy mais content!

critique par Cathulu




* * *