Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le libraire de Kaboul de Asne Seierstad

Asne Seierstad
  Le libraire de Kaboul

Le libraire de Kaboul - Asne Seierstad

Une société meurtrie
Note :

   Présentation de l'éditeur :
   
   « Asne Seierstad a vécu le printemps qui suivit la défaite des taliban chez Sultan Khan, libraire à Kaboul. Elle nous fait partager, dans ce récit très vivant et toujours respectueux, la vie quotidienne des épouses, enfants, frères et sœurs d'une famille où chaque destin est riche d'émotion et dont le chef incontestable est Sultan, l'amoureux des livres.
   " Quand les communistes sont arrivés, raconte-t-il, ils ont brûlé tous mes livres, après il y a eu les moudjahidin, trop occupés à se battre entre eux pour se soucier de moi, mais une fois le régime des taliban installé, mes livres étaient de nouveau condamnés au bûcher. "
   A travers cette chronique saisissante, c'est un Afgha-nistan aux mille facettes que l'on découvre, un pays en ruine et en pleine renaissance où un peuple tente timidement de se défaire du passé dans l'espoir d'une vie meilleure.»

   
   
   Ce livre relate la vie quotidienne d'une famille afghane de Kaboul. Celle-ci est vue par les yeux d'une occidentale.
   Le récit commence par une demande en mariage: celle du patriarche auprès de la famille de sa future seconde épouse.
   Cet homme est libraire, il aime les livres, la culture, il a risqué sa vie pour sauver ses trésors littéraires, il est libéral et tolérant... sauf dans le cadre familial.
   
   L'auteur nous montre cet homme autoritaire, sans prendre parti, laissant le lecteur seul juge.
   
   Une photo douce amère qui fait mesurer le chemin qui reste à parcourir pour ce peuple blessé, nié par les talibans. Les blessures seront longues à se fermer. L'émancipation des femmes, des adolescents, de la famille semble être une histoire de longue haleine.
   Et l'on apprend que le voile fut mis à la mode par la famille régnante puis par la haute bourgeoisie... ironie du sort.
   
   Livre émouvant, tendre et dur à la fois. Un beau témoignage d'une société meurtrie qui se reconstruit.
   
   Ce livre complète les lectures de "Les cerfs-volants de Kaboul" et "Les hirondelles de Kaboul", richesse des lectures croisées...

critique par Chatperlipopette




* * *