Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les hommes en général me plaisent beaucoup de Véronique Ovaldé

Véronique Ovaldé
  Déloger l'animal
  Et mon cœur transparent
  Ce que je sais de Vera Candida
  Le sommeil des poissons
  Toutes choses scintillant
  Les hommes en général me plaisent beaucoup
  Des vies d’oiseaux
  La grâce des brigands
  La salle de bains du Titanic
  Soyez imprudents les enfants

Véronique Ovaldé est une écrivaine et éditrice française née en 1972.

Les hommes en général me plaisent beaucoup - Véronique Ovaldé

Peut-on faire un bébé quand on n'a pas eu d'enfance?
Note :

   La narratrice est une jeune femme qui vit avec Samuel.
   Samuel est un homme jeune également, équilibré, amoureux et tolérant; et il voudrait un bébé. Sans aller jusqu'à l'exiger, il la pousse en ce sens, par exemple lorsqu'ils font croire à un couple ami qu'elle est déjà enceinte. Mais la perspective de cette possible maternité déstabilise gravement la jeune femme qui était déjà fragile et elle se trouve à voir partout (mais y est-il vraiment?) Yoïm, son grand amour depuis l'enfance, qui lui a fait beaucoup de mal mais auquel elle est liée de façon charnelle et semble-t-il irrémédiable.
   Samuel est à mille lieues de se douter de quoi que ce soit.
   
   Troisième roman que je lis de cette auteur, troisième petit bijou. Il y a chez Véronique Ovaldé une puissance et une justesse d'imagination et de ton que j'admire énormément. Ici par exemple, l'histoire que je viens de vous brosser à grands traits, vous permet de deviner un suspens tendu, et il est bien là, alors que nous nous demandons si Yoïm est vraiment revenu ou non, cependant, nous sommes loin du thriller dans tout ce qu'il implique de (volontairement) simpliste, nous avons un vrai roman avec une situation et des psychologies finement étudiées et présentées, et même remarquablement finement étudiées et présentées.
   
   C'est avec art également que les choses se mettent en place et que nous sont peu à peu données toutes les clés de cette histoire aussi profonde et complexe que l'on pouvait l'espérer. On y retrouve les thèmes favoris de l’auteur à nouveau réfléchis et explorés: le père qui, par sa structure mentale et son autoritarisme est nuisible à sa famille, l'homme-amant dangereux pour la femme avec ici la variante de la femme fortement amoureuse, dépendante même, visiblement à cause de sa propre genèse.
   
   Tout cela est porté par la remarquable écriture de Véronique Ovaldé, encore une fois si affûtée et belle.
   
   Un court roman très fort, sans jamais le moindre affaiblissement, qui ne se permet aucune facilité ni dans le fond, ni dans la forme et qui fait à son lecteur la grâce de le croire intelligent.
   
   Je le disais: un bijou.
    ↓

critique par Sibylline




* * *



Le désarroi de Lili
Note :

   Lili est jeune, Lili sort de prison et vit avec Samuel, l'homme qui l'a sortie de l'enfermement. Lili a eu une enfance très étrange, loin de toute société entre un père appartenant à un parti fasciste et une mère qui de désespoir laissera son corps exprimer sa souffrance en devenant difforme. Son petit frère, lutin survolant cette folie peu ordinaire sur son tricycle, est un élément incongru dans ce décor glauque et sombre. Lili aura un vieil amant qui lui fera découvrir les paradis artificiels, ceux-là même qui la conduiront derrière des barreaux.
   
   Autant Lili est dans les souvenirs, le passé, autant Samuel est ancré dans la réalité, serein et attentif et se projetant dans l'avenir en parlant de la venue d'un bébé dans leur couple. Un soir, alors qu'elle ne dort pas, Lili par la fenêtre voit les animaux du zoo partir: rêve ou réalité? A partir de là, Lili pense de plus en plus à son amant, Yoïm, à sa dépendance envers les pilules qu'il lui fournissait et ce corps énorme qui la fascine.
   
   Peu à peu son univers se fissure, laissant s'échapper les souffrances passées, les trahisons (celles de Yoïm et de son père) et les abandons: son enfance loin d'être rose s'est déroulée dans l'enfermement de la peur de l'extérieur et des autres, devant le spectacle de sa mère qui lentement se détruit à grandes doses de nourritures trop riches. La raison vacille, la folie pointe le bout de son nez à mesure que le passé ressurgit. Lili se bat pour ne pas sombrer dans la dépendance des relations étranges et malsaines qu'elle entretenait avec Yoïm, Yoïm qui réapparaît sans crier gare dans sa vie tranquille, presque équilibrée, avec Samuel. Dès lors, son corps mène les rênes de son esprit: la moiteur sensuelle perle en elle, l'appel du corps de Yoïm l'emmène dans une chambre d'hôtel et lui fait porter à la bouche les dangereuses pilules, celles de la dépendance du corps et de l'esprit. L'anéantissement de Lili semble proche: résistera-t-elle à la tentation de tout gâcher?
   
   Véronique Ovaldé entraîne son lecteur dans l'univers toujours très fragile de la folie du désir, de l'amour et de la dépendance, ces hiatus qui font parfois basculer l'esprit et la raison. Lili se souvient parfois à coups de longues phrases, longues comme des paragraphes, de phrases enchaînant le flux de la réalité, des pensées, des rêves, du passé, des espoirs et des tentations de gâchis. On perçoit le monde à travers les yeux de Lili, ses fêlures, ses blessures, ses luttes contre les fantômes d'un passé sombre et glauque, diables harceleurs dès que la volonté flanche. On s'inquiète à l'idée que Lili ne fasse les mauvais choix et on soupire d'angoisse d'un bout à l'autre du récit. La limite entre la réalité et la vérité intérieure de Lili est difficile à cerner et cela jusqu'au dénouement final.
   
   Véronique Ovaldé sait orchestrer les atmosphères dérangeantes et angoissantes, poussant son lecteur dans ses derniers retranchements, grâce à son écriture où pointe une poésie persistante. Certes l'omission d'articles et des phrases inachevées peuvent agacer certains lecteurs, mais il n'empêche que cette construction peint avec justesse le monde de la folie qu'aime explorer Ovaldé. Peu à peu, au gré des phrases inachevées, des mots crus étonnants voire incongrus, les personnages prennent corps et le lecteur pénètre dans le monde intérieur de Lili et la comprend parce qu'une telle folie peut être en chacun de nous.
   
   Un roman déconcertant mais percutant où l'émotion et l'angoisse se mêlent à chaque instant.

critique par Chatperlipopette




* * *