Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Fugues de Lauren Groff

Lauren Groff
  Les monstres de Templeton
  Fugues
  Arcadia

Lauren Groff est une écrivaine américaine née en 1978.

Fugues - Lauren Groff

Recueil de nouvelles
Note :

   "Ma vie était soudain traduite, plus facile à comprendre."
   
   
   Présentation de l'éditeur
   
   « Dans l'ombre de ses héroïnes, la conteuse veille à nous prendre au piège, au hasard des époques et des lieux, de la petite ville pas si tranquille de Templeton au huis clos angoissant d'une ferme française sous l'Occupation. Et l'on traverse ce livre comme on explore une maison inconnue, où chaque pièce recèle un nouveau mystère, chaque histoire une autre demeure. Quelques pages déroulent parfois une vie entière, retraçant les occasions manquées, les regrets des vieux jours que les flammes anciennes ne réchauffent plus; des enfances passent sous la plume, les rêves d'une fillette qui voulait devenir majorette, les complexes d'une lycéenne trop ronde; ou juste un épisode, une amitié vampirisante, l'être aimé qu'on n'a pas pu sauver, une inconnue traversant d'autres vies sans qu'on saisisse son mystère.»

   
   
   Tout le charme (au sens fort du terme) de ces neuf histoires composant le recueil "Fugues" repose sur l'atmosphère particulière qu'excelle à créer Lauren Groff.
   
   Qu'elle situe son action en 1918 à New-York, de nos jours dans la petite ville de Templeton* ou durant la seconde guerre mondiale en France, qu'elle évoque une vie entière ou un instant fort, Lauren Groff fascine toujours le lecteur par sa capacité à le troubler. Peut être est-ce dû à son style imagé, alternant poésie et rudesse mais aussi à sa capacité à souligner à la fois la force et la vulnérabilité de ses héroïnes. Ces dernières assument leur sensualité tant bien que mal dans une société où la découverte d'un bordel va jeter le discrédit sur toute la population masculine d'une petite ville provinciale...
   
   On ne trouvera pas ici de nouvelles à chute comme souvent chez les français, mais bel et bien un écho des textes si insaisissables de Lorrie Moorre (d'ailleurs créditée dans les remerciements).
   
   On se laisse envoûter. Ou pas. Seul le dernier texte, qui m'a trop fait penser à "Boule de Suif " de Maupassant m'a vraiment déçue, le reste du temps je me suis laissée bousculer d'un univers à un autre, le sourire aux lèvres.
   
   
   * Déjà évoquée dans son premier roman

critique par Cathulu




* * *