Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Où roules-tu, petite pomme? de Léo Perutz

Léo Perutz
  La nuit sous le pont de pierre
  Le cavalier suédois
  Turlupin
  Où roules-tu, petite pomme?

Leo Perutz est un écrivain autrichien de langue allemande (Prague, 1882 - Bad Ischl, 1957).

Où roules-tu, petite pomme? - Léo Perutz

Le capitaine russe et le prisonnier autrichien
Note :

                  L'univers de Leo Perutz me convient à merveille et j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire. "Où roules-tu, petite pomme?" fut publié en feuilleton en 1928 dans le Berliner illustrierte Zeitung. Même si j'avoue préférer "Le cavalier suédois" ou "Le tour du cadran", le romanesque et l'aventure sont bien au rendez-vous dans cette Europe d'entre deux guerres.
   
    Les Habsbourg sont tombés, les Romanov aussi et le vieux continent bouge, frénétique. Georg Vittorin, officier viennois, cherche à se venger de son geôlier russe, Sélioukov, en 1919. Son intention est de retourner là-bas, en Russie, mais la fin de la guerre a libéré bien des tensions et bien des appétits, le plus souvent peu reluisants. Devant la vénalité et l'amnésie de ses anciens codétenus Vittorin devra affronter la solitude et le désenchantement. Il devra aussi parcourir l'Union Soviétique, entre nostalgies tsaristes et certitudes bolcheviques, tout aussi "sympathiques". Se méfier également des factions réactionnaires ou révolutionnaires. A propos les balles du peloton d'exécution n'ont pas d'état d'âme. Elles sont balles et c'est tout.
   
       Après des péripéties à Constantinople, Milan, Paris, Vittorin qui aura entre temps exercé maintes activités parfois peu licites retrouvera la trace de l'infâme Sélioukov pour un "duel sans témoins" vraiment surprenant. Comme toujours chez Leo Perutz on n'est pas très loin de la fable et les nationalités y sont avantageusement interchangeables.
   
   On peut bien sûr évoquer à propos de "Où roules-tu, petite pomme?" le difficile retour du soldat, l'amertume des vengeances, la tristesse infinie des bruits de bottes. On peut évoquer ce qu'on veut tant la prose romanesque de Perutz est imaginative et chevauche toutes les frontières.

critique par Eeguab




* * *