Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Vie Immédiate (suivi de la Rose Publique et de Les Yeux Fertiles) de Paul Eluard

Paul Eluard
  La Vie Immédiate (suivi de la Rose Publique et de Les Yeux Fertiles)

La Vie Immédiate (suivi de la Rose Publique et de Les Yeux Fertiles) - Paul Eluard

Une vision coulée des mots
Note :

   Difficile de rendre compte d’un recueil d’Éluard. Les textes tournent ou tournoient au rythme mesuré voire démesuré d’une écriture automatique domptée au fil de la métaphore rare, de l’association qui fait mouche tant elle surprend: «la paille de l’eau» ; «un rire aveuglant» ; «oiseaux dressés comme des torrents» ; «nos yeux ferment les fenêtres».
   
   Éluard possède un monde verbal imaginé qui semble lui échapper et virevolte autour de lui, le vent, l’eau, les yeux des femmes, le corps des femmes, l’amour de Nusche, sons et visions ne font qu’un dans ce kaléidoscope où les femmes s’intègrent à la nature, la dominent, la rendent plus sublime car la femme comme l’eau ou le matin qui naît est toujours à réinventer. Les poèmes sont d’ailleurs comme les jours qui se suivent, incipits d’aurore où seule la fin est ponctuée. Poèmes courts d’une à trois lignes ou longs de quelques pages, Éluard concentre ou dilue sa vision et les mots semblent bouger avec elle. A la lecture, on se laisse plutôt imprégner bien qu’il y ait des instants que chaque lecteur retient pour lui dans ce qu’il est entrain de vivre car c’est «la vie immédiate» qui se déroule dans ce recueil justement intitulé.
   
   Ne pouvant recopier la moitié du recueil, j’ai néanmoins retenu quelques vers:
    Je t’appellerai Visuelle
    Et multiplierai ton image.
   

   ou :
    Désarmée
    Elle ne se connaît plus d’ennemis.

   
   ou encore :
    L’or têtu jette sa semence.

   
   Françoise Sagan avait retenu l’un d’eux pour le titre de son premier roman: Bonjour tristesse.
   
   Les poèmes sont autant de miniatures que le lecteur aperçoit en tableaux et ce n’est sûrement pas par hasard qu’Éluard consacre quelques hommages à ses amis peintres ou artistes «visuels» (Picasso, Dali, Man Ray…)
   J’ai eu en effet, en lisant, la vision coulée que Dali peut avoir sur ses tableaux dans un monde à réinventer sans cesse.

critique par Mouton Noir




* * *