Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Jeune homme et la mort de Ruth Rendell

Ruth Rendell
  Plumes de sang
  L'analphabète
  Simisola
  Tu accoucheras dans la douleur
  Le Jeune homme et la mort
  L'Eté de Trapellune
  Etrange créature
  Danger de mort
  Sage comme une image
  Deux doigts de mensonge
  Et l’eau devint sang
  Bon voisinage

Ruth Barbara Rendell est un auteur britannique de romans policiers née en 1930.
Elle a également publié sous le pseudonyme de Barbara Vine.
Elle est décédée en 2015.

Le Jeune homme et la mort - Ruth Rendell

Allo?
Note :

   Titre original: The Face Of Trespass, 1974.
   
   
   Gray Lanceton n'écrit plus.
   
   Son roman "le Vin de l'étonnement" ne lui rapporte presque plus rien. Il s'est fait prêter une maison en bois dans la forêt d'Epping à trente kilomètres de Londres, et vit chichement et retiré sans calendrier, à relire des romans.
   
   La forêt d'Epping, c'est beau et surprenant; on y croise même des vaches. Mais solitaire.
   
    Deux ans plus tôt Gray a fait la connaissance de Drusilla, jeune femme d'un quadragénaire riche, et ils ont eu une liaison; mais Dru voulait à tout prix qu'il élimine son mari, et ne pouvant se résoudre au crime, il a rompu et remâche ses souvenirs, à peine soucieux de ce qu'il vit au jour le jour. Seul le laitier vient le rappeler à l'ordre, trois fois la semaine.
   
   Le téléphone l'obsède, il s'interroge «va-t-elle appeler vais je l'appeler?» et pour se détendre, il le décroche souvent... . Mais voilà que le jour où il se décide à raccrocher le téléphone, le monde extérieur de précipite sur lui: sa marraine veut qu'il garde la chienne pendant son absence à l'étranger, son beau-père français le presse de venir en Normandie, sa mère étant mal en point...
   
   Sur un thème très classique, le plus courant peut-être de toute la littérature policière, Ruth Rendell construit un excellent roman psychologique, plein de suspense, et de péripéties, une réussite.
   
   Avec de l'humour noir, le principal interlocuteur du jeune Gray étant le téléphone (un ancien téléphone en bakélite), « un téléphone immobile expectant, suffisant, qui attendait sa reddition. Et qui, bien que silencieux, semblait dire "je suis le magicien, le sauveur, le briseur de cœurs, le lien entre les amants, le dieu qui redonnera vie à un chien et te replongera dans l'esclavage".»
   
   Que n'eût-il subi de la part d'un portable!!!
   
   La dame est pessimiste comme toutes les psychologues et multiplie les sentences: «Il y a en chacun de nous un enfant effrayé qui sommeille. Notre degré de maturité correspond à notre capacité de l'obliger à rester, coi, confiné, invisible».

critique par Jehanne




* * *